Test bibliques de la vraie foi

Ouvrons nos Bibles à 1 Jean chapitre 5. Verset 13. Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. Allons devant le Seigneur en prière.

Père, je viens devant Toi aujourd’hui, dans le nom de Ton Fils. Seigneur, il y a un grand combat, dans ce batiment. Ce qui est venu entraver ce service. Je prie dans le nom de Jésus Christ, que Tu l’enlèves. Et que Ta parole soit proclamée. Que l’Esprit de Dieu oeuvre dans le coeur des hommes. Que toute chair soit abaissée. Que Christ seul soit exalté. Père, Tu sais, Tu sais. Restaure l’oeuvre, Seigneur, que Tu as commencée ce matin. Ne laisse rien l’entraver. Dans le nom de Jésus, Amen.

Aujourd’hui nous allons parler du salut. Il n’y a rien de plus important que l’Evangile de Jésus Christ, et le salut. La plupart d’entre vous êtes plus jeunes que moi, mais vous découvrirez que la vie va fuir rapidement. Que vos jours vont passer rapidement. Que ce sera dans moins d’un siècle, moins de quelques décennies, que chacun d’entre nous se tiendra devant Dieu, et sera jugé. Il y en aura certains qui se tiendront devant Lui, et entendront “Bien, bon et fidèle serviteur.”

Il y en aura d’autres qui ont rejeté la grâce toute leur vie. Ils ont rejeté la grâce et à cause de ça, ils entendront “Retirez-vous de moi, Je ne vous ai jamais connu.”

C’est trés clair dans l’Ecriture, mais à cause du pays dans lequel nous vivons, rempli de tant d’hérésies. Il est difficile pour beaucoup de discerner, si oui ou non ils sont vraiment chrétiens. Certains prennent l’Evangile comme si Il était quelque chose à acheter, en pensant que leur sécurité éternelle, est verrouillée, qu’elle est en sécurité. Parce qu’une fois dans leur vie, il ont fait une prière et ont demandé à Jésus de venir dans leur coeur.

Il y en a d’autres qui marchent dans la condamnation. Parce qu’ils ont le légalisme et toutes sortes de suffisances sur eux. Si bien que même si ils sont de vrais croyants en Christ, ils marchent dans un doute constant. Les Ecritures seules peuvent nous donner le bon équilibre. Seulement les Ecritures.

Comment savons-nous que nous sommes vraiment chrétiens? Quand il est si facile d’être trompés. D’un côté, en étant nonchalant en ce qui concerne la foi. De l’autre côté, en puant la suffisance. Comment pouvons-nous vraiment savoir que nous sommes chrétiens? Et c’est la raison pour laquelle ce livre a été écrit. 1 Jean chapitre 5 nous dit : “ces choses.” Que sont “ces choses?” Les choses écrites dans ce livre. Ecrites pour qui? Pour ceux qui croient au nom du Fils de Dieu. Il a été écrit pour les vrais croyants. Dans quel but? Qu’en entendant la parole de Dieu, l’Esprit de Dieu l’applique à leur coeur, et qu’ils aient l’assurance biblique qu’ils sont convertis. Or c’est le but de Jean. Mais en même temps, je veux que vous voyez que ce but peut s’inverser pour ceux qui pensent qu’ils croient et pourtant ils ne croient pas. Parce que Jean va nous donner une série de tests, par lequels nous pouvons examiner nos vies pour voir si nous sommes dans la foi. Et ceux qui sont de vrais croyants se réjouiront, et se fortifieront en entendant ce qu’il y a dans ce texte.

Ceux qui sont incroyants, et bien il y a deux possibilités. Que leur coeur soit si endurci, qu’ils entendront ces standards. Se jugeront eux-mêmes et auront encore la paix. Ou, leur coeur se brisera, et ils commenceront à voir. Je ne Le connais pas, je ne Le connais pas.

Maintenant avant que nous allions dans ces tests, je veux faire une petite introduction de cette manière. Comment savons-nous que nous sommes chrétiens? Il y a une seule signification; et nous pouvons la regardez de façon logique, mais avec une vraie logique, et une honnêteté. La Bible promet ceci : Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Il y a ici une vérité propositionnelle. Il y a des déclarations qui sont faites, et ces déclarations sont celles-ci : Celui qui croit en Christ, a la vie éternelle. Et donc il y a la logique. Il y a la raison. Vous vous demandez, est-ce que je crois? Est-ce que je crois en Christ seul? Ou, est-ce que je crois en Christ plus quelque chose. Tant de personnes aujourd’hui disent avoir une foi en Christ, et pourtant quand je les pousse, les pousse, les pousse. Finalement ils en reviennent eux-mêmes à leur propre suffisance. Mais le vrai croyant; Bon laissez-moi le dire comme ça. Il sera plus facile pour un chameau de passer par le chat d’une aiguille, qu’il le serait pour quelqu’un de passer au ciel avec une particule de suffisance sur lui. Le vrai croyant est une personne brisée. Le vrai croyant pleure sur le péché. Le vrai croyant seul a l’espérance, la joie et la paix grâce à Christ. Le vrai croyant! Ne se réjouit pas en regardant sans cesse en lui. En se réjouissant de sa propre piété. Et ils n’appellent pas l’attention sur eux-mêmes. Mais ils adoptent les paroles du Psalmiste qui a dit; “Pas à nous O Eternel, pas à nous, mais à Toi soit la gloire.” Ils n’attireront pas l’attention sur eux-mêmes. Ne se gorifieront pas dans leur propre justice. N’exalteront pas leur propre piété. N’ouvriront pas la porte en disant, “Regardez-moi!” Parce que vos oeuvres les plus justes sont des vêtements souillés devant un Dieu Saint. Et elles puent aux narines de Dieu. Mais le vrai croyant dit, “Je n’ai rien sauf Christ, et Christ seul.” Ils ont grandi dans une vraie sagesse spirituelle, afin qu’ils disent ceci; “Je ne me glorifie plus dans la chair, mais j’espère en Christ; Christ seul.” Je connais, et j’ai vu et je verrai encore. Des croyants authentiques, qui luttent en doutant de leur salut. Je l’ai vu. Quelques fois vous entendez le faux enseignement, que si vous doutez de votre salut, c’est parce que vous êtes perdus, ce n’est pas vrai. La raison pour laquelle ce livre a été écrit, c’est parce qu’un croyant authentique peut en arriver au point de douter de son salut. Un croyant authentique peut douter de son salut, mais un croyant authentique ne doutera jamais ne doutera jamais d’une vérité. Que Christ est son seul espoir. Un croyant authentique peut aller et venir comme ça: “Suis-je sauvé, ne suis-je pas sauvé, suis-je sauvé?” Mais ils ne pourra pas aller et venir en disant: “Suis-je assez juste pour être sauvé ou ne suis-je pas assez juste pour être sauvé?” Cela a été ancré dans leur coeur. Cela a été ancré dans leur coeur.

Maintenant verset 13 Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. J’ai mentionné dans l’introduction, qu’il y a une raison pour laquelle nous savons que nous croyons, basé sur la raison. Nous savons que nous sommes sauvés, basés sur la raison. La promesse est là, et j’y crois. Mais il y a une autre façon, et c’est; Le témoignage de l’Esprit qui est dans notre coeur. Or tout d’abord ce témoin est la grande transformation, qu’Il commence à oeuvrer en nous tout au long du cours de notre vie entière. Mais il y a aussi un témoin subjectif de l’Esprit. Je sais qu’au jour où j’ai été converti, que j’étais sauvé. Je savais que j’étais un enfant de Dieu. Il y avait une assurance, il y avait une paix. Oui, c’était subjectif, mais néanmoins réel. Quelque chose m’est arrivé, c’était plus que l’adoption d’une moralité. C’était plus que juste commencer une nouvelle morale, et c’était pus que juste rejoindre un mouvement religieux. Quelque chose s’est passé à l’intérieur de moi. Et tout vrai croyant aura ce témoignage. Avec certains cela peut être plus spectaculaire que d’autres, mais néanmoins, c’est une chose surnaturelle, l’oeuvre du salut, et si nous avons été convertis, il y aura quelque chose de ce témoignage surnaturel en nous. C’est l’oeuvre de l’Esprit, qui demeure en nous. Or les gens de suite veulent dire, “Mais le coeur peut être trompé”; et “vous ne devriez pas suivre les émotions.” Et toutes les choses comme ça, et c’est vrai. Mais nous ne pouvons toujours pas éliminer le subjectif de la vie chrétienne. Quelque chose est arrivé. Le croyant dit, “J’ai été changé ce jour-là.” Quelque chose d’inexplicable m’est arrivé. J’étais dans les ténèbres, c’est devenu lumière. Je n’avais aucune paix, j’ai été rempli de paix. Je ne connaissais pas l’amour de Dieu et l’amour de Dieu a été déversé dans mon coeur. Donc nous avons l’idée de la raison. Nous avons l’idée du surnaturel, quelque chose s’est produit en nous. Quelque chose a changé en nous.

Et alors nous avons notre texte ici. Ce que Jean au fond va faire est basé sur la doctrine de la régénération. Vous ne pouvez pas comprendre 1 Jean, à moins que vous ne compreniez la doctrine de la régénération. Et quelle est cette doctrine? Que le salut est simplement plus qu’une décision humaine. Que quand quelqu’un est vraiment converti, Dieu change sa nature. Il change son coeur, et Il écrit Ses lois sur son coeur. Qui est la promesse d’une alliance entièrement nouvelle. Dans l’histoire d’Israël, nous voyons Israël être sorti d’Egypte, et que voyons-nous? Il leur est donné la Loi, les tables de pierre, quelque chose d’externe. Et ensuite nous ne voyons rien d’autre qu’une histoire de désobéissance. Et ensuite nous arrivons à Jérémie, des centaines d’années plus tard. Et Dieu prophétise, Dieu parle par Jérémie, et Il dit ceci. Je vais faire une nouvelle alliance, et elle va être différente. Pas comme l’alliance que j’ai fait avec eux quand Je les ai sortis d’Egypte. Non, cela ne va pas être Moi leur donnant des tables de pierre externes. Ce que je vais faire, c’est que je vais écrire Mes lois sur leur coeur. Et ils n’auront aucun besoin d’être enseignés sur ces choses. Car Je les enseignerai Moi-même, et ils seront Mon peuple, et je serai leur Dieu.

Donc, nous avons Paul qui dit en 2 Corinthiens chapitre 5 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Et voici ce que vous devez comprendre. Il y a une relation directe entre la nature et la volonté : la nature et la volonté. Si la nature est mauvaise, la volonté sera disposée au mal. Vous devez le comprendre. C’est le cas de tout homme né sur cette planète. Il est né avec une nature déchue, et son penchant, la direction de sa volonté est envers le mal. Que doit-il se passer? Un homme doit être régénéré. Son coeur doit être transformé par Dieu et quand Dieu donne à un homme une nouvelle nature, cette nouvelle nature a des affections nouvelles et justes, et ces nouvelles et justes affections conduisent cet homme vers la volonté de Dieu. A vouloir faire la volonté de Dieu. Et c’est pour cela que Jean maintenant peut écrire que ceux qui connaissent vraiment Christ vont vivre d’une certaine manière. Vous voyez ça? Il va y avoir Il va y avoir des fruits. Matthieu chapitre 7 : “Vous les connaitrez”; pas seulement les faux prophètes. Mais vous les connaitrez tous “par leurs fruits.”

Laissez-moi le dire comme ça, je me moque de savoir à quel point vous connaissez les Ecritures. Que faites-vous? Que faites-vous? La Bible ne regarde pas à tout ce qui sort de votre bouche. Que faites-vous? Comment vivez-vous? A quoi ressemblez-vous? C’est la preuve d’une personne vraiment convertie. Et il y a tant de gens qui prennent Matthieu chapitre 4, et disent que quand le diable vient, vous devez lui citer l’Ecriture. Jésus n’a pas vaincu le diable pendant ces 40 jours dans le désert parce qu’il a cité l’Ecriture au diable. C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais entendu. Mais elle est prédominante dans le pays, n’est-ce pas? Il n’a pas vaincu le diable en citant l’Ecriture au diable. Il a vaincu le diable en obéissant à l’Ecriture qu’Il citait. Vous voyez ça? Vous voyez ça? Ce n’est pas de la sorcellerie. Ce n’est pas de la magie. C’est la foi et l’obéissance. C’est ce que c’est.

Maintenant regardons ces tests, et commençons au chapitre 1. verset 5 : La nouvelle que nous avons apprise de Lui et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en Lui de ténèbres. Dieu est lumière. Maintenant quand nous entendons ça, au départ les gens commencent à penser. Oui, Dieu est Saint, il n’y a pas de défaut en Lui et c’est vrai. Mais ce n’est certainement pas le principe de Jean ici. Vous voyez, il y avait un groupe de gens, ils ne peuvent pas réellement être appelés gnostiques, mais au moins ils furent les débuts des gnostiques. Une terrible, terrible secte, qui a fait de gros dégats dans le christianisme, et pendant les premières centaines d’années du christianisme. Et en fait existent encore aujourd’hui. Non seulement dans un groupe appelé Gnostiques, mais il s’est infiltré même dans des courants de l’Evangélisme. Il y avait un groupe dangereux, et ils enseignaient en fait ceci. Que Dieu n’est pas lumière. Dieu est sombre dans le sens où Dieu est caché : ésotérique Que vous ne pouvez pas réellement connaitre Dieu. L’homme ordinaire, le croyant ordinaire ne peut pas réellement connaitre Dieu. Seuls ces personnes super spirituelles pouvaient en fait connaitre Dieu. En ne connaissant pas Dieu, nous ne pouvions pas vraiment non plus comprendre la volonté, ou ce qu’Il demande réellement. Vous voyez ça dans la pensée profane aujourd’hui, hein? Tous les politiciens diront qu’ils croient en Dieu, c’est juste qu’Il ne peut pas être connu, et qu’Il n’a pas parlé. Donc vous pouvez dire que vous croyez en Dieu et cependant vous n’avez pas à faire une chose qu’Il demande. Mais Jean revient, et que dit-il? Non. Dieu est lumière. Et dans ce cas, connaissant Jean, connaissant l’Evangile de Jean. Je dirai que son idée principale c’est que Dieu s’est révélé. Dieu s’est fait connaitre. Donc regardez-le comme ça. C’est le message que nous avons entendu de Lui et que nous vous annonçons : que Dieu est lumière, en Lui il n’y a point de ténèbres.

Verset 6 : Si nous disons que nous sommes en communion avec Lui, Tant de fois ce passage est enseigne comme : Faisant référence à des croyants, ou plutôt à des non croyants qui marchent en communion, ou les croyants ne marchent pas dans la communion. Mais c’est totalement en-dehors du contexte de ce passage. Etre en communion avec Dieu c’est être un croyant. Etre en-dehors de cette communion avec Dieu, c’est être un incroyant. Maintenant c’est tout, c’est ce que Jean enseigne.

Donc au fond, il dit : si nous disons que nous sommes chrétiens, si nous disons que nous sommes en communion avec Lui, et pourtant nous marchons dans les ténèbres. Or le mot “marcher” ici est “peripateo”, qui vient du grec. “Peri” – siginifie autour, et “patéo” – signifie marcher. Il signifie se promener. C’est un mot communément utilisé par Jean, communément utilisé par Paul, qui fait référence à un style de vie dans chaque domaine de la vie. Que la Bible ne voit absolument pas de division dans notre vie entre le profane et le sacré. Ou, il y a des endroits où nous devrions obéir à Dieu et des endroits où cela ne s’applique pas à Dieu. Ce n’est pas comme ça que la Bible le voit. Que TOUTES les choses se rapportent à Dieu. Et que notre style de vie, si il est honnête, si il est vrai. Nous pratiquerons notre religion à chaque endroit où nous marcherons. Donc il dit : “Si nous disons que nous sommes en communion avec Lui,” que nous sommes des croyants. et que nous marchons dans quoi? Que notre style de vie est plongé dans les ténèbres.

Or, que sont les ténèbres? Ce n’est pas ce que vous pensez. C’est plus mauvais que vous ne le croyez en fait, et c’est moins mauvais que vous ne le croyez en fait. Vous pensez que les ténébres auraient à voir avec quelque chose, qui concernerait le satanisme ou la sorcellerie ou l’athéisme. Mais sachez que l’idée ici est celle-ci; qu’est-ce que la lumière? La révélation de Dieu. Qu’est-ce que Dieu révèle? Il nous a dit qui Il est, et Il nous a dit ce qu’Il a commandé. Que c’est la lumière. Nous savons que nous avons eu la lumière répandue sur : Qui est Dieu? Nous avons eu la lumière répandue sur : Quelle est la volonté de Dieu? Celui qui marche dans les ténèbres marche d’une manière qui contredit ce que Dieu nous a dit sur Lui-même, et contredit ce que Dieu a dit sur Sa volonté. C’est ce que signifie marcher dans les ténèbres.

Maintenant, je veux que nous regardions quelque chose. Parce que nous devons faire trés, trés attention ici. Tout d’abord le mot “peripateo” est au temps présent dénotant une action continue. Ce n’est pas juste parler d’un moment dans le temps, mais c’est parler d’un style dans la vie d’une personne. Vu que si vous deviez simplement juger une personne à un moment dans le temps, vous pourriez grossièrement mal juger cette personne. Vous pourriez voir un vrai croyant faire quelque chose qui serait un péché. Et immédiatement écrire que c’est un incroyant. Mais ce ne serait pas biblique, ce ne serait pas juste, ce ne serait pas correct. Ou vous pourriez voir une personne d’une moralité grotesque, et avec une haine envers Dieu. Vous pourriez la voir et à un moment la voir faire quelque chose, une oeuvre juste, et en arriver à la conclusion qu’elle est croyante. Donc vous voyez ces deux moments au temps aoriste (conjugaison grecque). Ces moments dans le temps sont trompeurs. Mais ce dont parle la Bible c’est de regarder tout leur style de vie. Comment vivent-ils? Tout au long de la journée et tout au long de toutes leurs activités. Comment vivent-ils? Vous voyez ça?

Maintenant voici une question pour vous. Marchez-vous dans les ténèbres? Et comprenez ceci : vous pouvez marcher dans les ténèbres et être trés, trés moral. Marchez-vous d’une manière qui contredit ce que Dieu a révélé sur Sa nature, sur qui Il est? Marchez-vous d’une manière qui contredit ce que Dieu a révélé sur Sa volonté. Votre style de vie? Est-ce une contradiction à la volonté de Dieu? Ou est-il en accord avec la volonté de Dieu? Nous pourriez le dire comme ça, si nous voulions rappeler le livre des Ephésiens. Marchons-nous selon le train de ce monde, de cette époque? Allez-vous avec le courant? Marchez-vous en sens contraire du train de ce monde? Avec les yeux fixés sur la volonté de Dieu, et rendus conformes à l’image de Dieu.

Donc c’est la première chose à laquelle vous devez répondre. Et ces tests, avant que nous n’allions plus loin, sont aussi trés importants pour les parents. Parce qu’un enfant élevé dans un foyer saint la plupart du temps dira : “Je crois, je crois, je crois.” Et si un enfant dit, “Je crois.” Personne ne devrait jamais regarder cet enfant et dire, “Non, tu ne crois pas.” Nous ne devrions pas éteindre le feu qui est en lui. Mais aussi, ne vous précipitez pas pour affirmer votre foi. Une chose correcte à faire, c’est de dire : “Si vous croyez, vous êtes sauvés. Mais regardons votre vie.” “Examinons-nous nous-mêmes à la lumière de l’Ecriture, jusqu’à ce que vous arriviez à une assurance totale de votre foi, basée sur la parole écrite de Dieu.” Vous voyez ça?

Juste une chose pratique ici : pour l’église, pour les parents. Une autre chose appropriée à faire, quelque chose à faire qui est d’une grande aide. Quand un enfant dit, je crois. Comme quand ils veulent participer au Repas du Seigneur. Ou qu’ils veulent être baptisés, aprés avoir vu un baptême : “Bon, puis-je le faire aussi?” Asseyez-vous et discutez de la question avec eux, mais alors dites-leur : “Voici ce que je veux que tu fasses.” “Dimanche, va vers les anciens; va vers les anciens et parle-leur.” “Bon papa, viendras-tu avec moi?” “Non, Non, je n’irai pas avec toi. Si tu penses vraiment que le Seigneur a travaillé dans ta vie; Va vers le frères Anthony et le frère Mark. Ensuite fixe une réunion avec eux, pour qu’ils puissent discuter de cette question avec toi.” C’est une façon vraiment pratique de voir que quelqu’un veut être baptisé, juste parce que tous les autres enfants ont été baptisés. C’est une façon vraiment pratique de voir que quelqu’un veut participer au Repas du Seigneur, juste parce qu’il a vu certains autres enfants de son age au Repas du Seigneur. Parce que ne voudriez-vous pas que vos anciens soient impliqués dedans? Leur conseil. Et quand vous voyez un enfant qui dit : “Alors vers les anciens, j’irai. Parce que j’ai été converti.” Wow. Et ils s’asseoient et ils expliquent leur foi et expliquent ce que Dieu a fait dans leur vie. Maintenant ça. C’est quelque chose. Maintenant, juste une pensée pratique.

Et donc le premier est celui-ci : Un vrai croyant marchera dans la lumière, comme étant un style de vie. Marchera en accord avec ce que Dieu a révélé sur Sa nature, et Sa volonté. Maintenant, si vous prenez mes paroles sérieusement maintenant. Vous devriez être en train de trembler. Pourquoi? Parce que croyants, vrais croyants, les croyants les plus matures : le péché. Même dans la vie la plus pieuse, c’est souvent deux pas en avant et trois pas en arrière. Donc que faisons-nous? Ne sommes-nous pas chrétiens? Devons-nous tous être condamnés? Avons-nous tous perdu notre assurance ce matin? Parce que personne ne marche constamment, sans cesse en accord avec ce que Dieu nous a dit sur Lui-même ou Sa volonté. Et si vous pensez que vous le faites, je peux vous assurer, vous vous êtes maintenant vraiment plantés au test. Vous n’êtes pas chrétiens. Vous êtes trompés. Et donc où devons-nous aller à partir de là?

Et bien, nous devons juste continuer à lire. Parce que maintenant Jean va parler de ce problème. Regardez au verset 8. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Et voici quelque chose qui est trés important. Quand vous dites que Dieu est caché. Qu’Il ne nous a pas dit qui Il est réellement, et que vous ne pouvez pas vraiment connaitre Sa volonté. Alors c’est trés facile de commencer à croire que vous êtes sans péché. Plus Dieu est caché aux hommes, plus vous allez trouver la suffisance. Et plus les hommes connaissent vraiment et proclament Dieu, plus vous allez voir l’humilité devant Dieu. Vous voyez ça? Donc ces croyants, ils ont entendu maintenant. Que si vous êtes un vrai croyant, vous marcherez selon la vraie nature et la vraie volonté de Dieu, et ils sont assis là-bas : “Mais Jean!” “Nous avons péché!” “Nous péchons encore, nous luttons contre le péché, nous haïssons notre péché, mais nous péchons, Jean.” Et donc Jean leur donne un autre test. “Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.” Donc une des grandes preuves que vous êtes vraiment chrétiens n’est pas que vous ne péchez plus. Mais que MAINTENANT vous reconnaissez votre péché, et vous le voyez comme un péché. En fait, si vous ne reconnaissez pas votre péché et vous ne le voyez pas comme un péché. C’est une preuve que vous n’êtes pas un croyant. Donc il dit : “Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.” La vérité de Dieu implantée par le Saint Esprit n’est simplement pas en nous. Verset 9 : “Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.” “Si nous confessons nos péchés.” Quelle est une des plus grandes preuves d’un vrai croyant? Ils reconnaissent le péché dans leur vie, et ils le confessent. Ils le confessent. Ils sont confessionnels de cette manière. Ils sont marqués par le brisement et ils sont marqués par la confession. Mais ne pensez pas que la vie chrétienne c’est simplement regarder votre péché, être brisé à cause de lui et le confesser. Non! Parce que quand nous regardons notre péché et nous confessons notre péché; En étant brisé à cause de notre péché, nous expérimentons aussi quoi? La grâce de Dieu et la joie de notre salut. Pas dans nos propres oeuvres, mais dans les oeuvres de Christ pour nous. Vous voyez ça?

Maintenant que signifie la confession? “Seigneur pardonne-moi mes péchés.” Non ce n’est pas ce qu’est la confession. C’est demander au Seigneur de vous pardonner vos péchés, mais ce n’est pas la confession. Ou : “Seigneur si j’ai péché d’une quelconque manière, pardonne-moi.” Ce n’est pas non plus la confession. Qu’est-ce que la confession? Vient du mot grec – Homologéo. “Homo” – qui signifie comme ou le même. Et “logéo” – avouer. “Homologéo” – c’est avouer la même chose. Maintenant qu’est-ce que cela veut dire? N’est-ce pas le ministère du Saint-Esprit de nous parler du péché? C’est Son ministère. De convaincre non seulement le monde, mais aussi nous, de notre péché. Donc disons que nous nous levons le matin et nous n’avons eu aucune patience avec un de nos enfants, ou nous n’avons eu aucune patience avec notre femme, ou nous avons été froid envers quelqu’un. Vraiment froid envers quelqu’un. Et tandis que nous quittons la maison ou quittons le batiment, le Saint Esprit commence à nous parler. Peut-être en apportant un passage à l’esprit, nous montrant que nous avons péché. Donc le Saint Esprit dit : “Tu as péché, tu as manqué de patience.” La confession c’est quand vous êtes d’accord avec ce que Dieu a dit. “Ce que Tu dis de moi, Dieu, c’est vrai!” “J’ai péché, j’ai manqué de patience.” Vous voyez ça? C’est dire la même chose. C’est s’accorder avec Dieu, sur le péché. C’est la confession. C’est la confession. Et le vrai croyant, il est marqué par ça. Il est marqué par ça.

Mais laissez-moi vous montrer un peu comment ça marche. Parce que nous avons parlé de la révélation, maintenant nous parlerons de la confession. Une personne marche dans ce monde. Il est incroyant, il est dans les ténèbres. Et soudain quelqu’un lui préche l’Evangile et le Saint Esprit oeuvre dans son coeur, et illumine son esprit, et il voit Dieu comme il ne L’a jamais vu avant. Et à la lumière de cette lumière, il se voit lui-même comme il ne s’est jamais vu lui-même avant. Et il voit son péché comme il n’avait jamais vu son péché avant. Et il est brisé comme il n’a jamais été brisé avant. Cependant, il ne se repent pas jusqu’à la mort. Il n’est pas brisé jusqu’au désespoir. Parce que dans cette révélation de Dieu, il voit Christ, et le Calvaire, comme il ne l’avait jamais vu avant. Et il croit, il croit et ensuite que se passe-t-il? Il est rempli de joie. Il échange le sac et la cendre contre un vêtement de joie.

Maintenant en tant que croyants que se passe-t-il? Que se passe-t-il en tant que croyant? Tandis que nous grandissons. Vous êtes un tout nouveau croyant et vous commencez à étudier les Ecritures. Comme vous étudiez les Ecritures. La nature de Dieu, la nature de Dieu révélée dans Ses commandements. Sa justice. Sa sainteté. Il commence à vous montrer, de plus en plus, et plus de votre péché. Qui mène à un brisement de plus en plus grand. Qui mène à une confession plus profonde, et cette confession profonde se transforme en une joie profonde. Ainsi à la fin de votre vie. Vous êtes plus saints, que quand vous avez commencé, Et cependant en même temps, vous êtes plus brisé que quand vous avez commencé. Et cependant en même temps, vous êtes plus joyeux que quand vous avez commencé. Et un grand échange s’est produit. Au lieu de vous glorifier maintenant dans votre performance, qui empeste au nez de Dieu. Vous vous glorifiez maintenant dans l’oeuvre accomplie de Christ seul. Vous voyez ça? La confession : quelle est une des plus grandes preuves que vous êtes vraiment devenus un croyant? C’est la confession.

Cela ne veut pas dire qu’un chrétien n’a aucune victoire. Il a la victoire. Cela ne veut pas dire qu’un chrétien est sauvé dans son péché : non. Il est sauvé de son péché. Dieu travaille dans sa vie et commence à le changer, Mais sachez ceci; vous n’atteindrez jamais le point de la perfection, jusqu’au jour où vous sauterez dans la gloire. Votre vie est-elle marquée par la confession? Votre vie est-elle marquée par la confession? Voyez-vous le péché d’une lumière différente maintenant? Cela vous amène-t-il à être d’accord avec Dieu? Et à le confesser. Et parfois même à confesser le péché à un frère et une soeur en Christ, à qui vous avez fait du tort.

Laissez-moi vous donner une autre illustration. Cela aidera certains d’entre vous, je pense, qui combattent dans ce domaine. Pas que vous ne confessiez pas, c’est juste que quelques fois votre lutte contre le péché, vous fait douter du fait que vous avez été convertis. Un homme est inconverti, et il est prêt à partir pour le bureau. Il neige dehors, il est en retard, et il fait tomber des papiers de sa malette. Il doit traverser la cuisine. N’a pas le temps de manger. Pas de tasse de café. Il est lamentable. Il atteint la porte. il va courir jusqu’au bureau. A ce moment-là, sa femme l’appelle et dit : “Sors les poubelles.” Sans même réfléchir, l’homme se retourne et dit, “Qu’est-ce qui ne va pas chez toi. Tu sors les poubelles. Ne sais-tu pas que je suis en retard. J’ai un boulot à faire, j’ai toute cette pression sur moi. Tu sors les poubelles!” Et il passe la porte totalement justifié. N’a aucun problème avec ce qu’il a fait. Aucun problème du tout. Monte dans la voiture, va à son boulot, fait sa présentation. Il va bien. Trois mois plus tard, il se convertit. Et alors 9 mois plus tard, il descend les escaliers et traverse la cuisine. Il neige dehors. Il a toutes sortes de pressions sur lui, il y a les papiers qui s’envolent de sa malette. Son patron lui donne sans cesse des problèmes. Il est prêt à sortir, et soudain sa femme descend les escaliers derrière lui, et dit, “Sors la poubelle avant de partir.” Et sans même réfléchir, il se retourne et dit. “Qu’est-ce qui ne va pas chez toi? Sors la poubelle? Ne vois-tu pas que j’ai un rendez-vous? Je fais tomber mes papiers, j’ai tellement de pression sur moi!” Vous dites : “Bon frères Paul, que s’est-il passé ensuite, que lui a fait la conversion?” Qu’a fait la conversion? Au moment où il s’est retourné, et au moment où ces mots ont commencé à sortir de sa bouche. C’était comme si quelqu’un avait pris un couteau, et l’avait planté droit dans son coeur. Et il lutte contre ça, et il rassemble ses papiers. Il ne s’excuse pas, il sait qu’il a tort. Il est même plus furieux maintenant, il franchit la porte. Il est lamentable. Il est malheureux! Il monte dans sa voiture, il va démarrer. Il ne peut même pas conduire la voiture, il est maheureux de ce qu’il a fait. Il lutte contre ça, il arrive au bureau. Il va entrer et faire sa présentation, Et finalement il regarde son équipe et dit : “Bon, je suis là dans une minute, je suis là dans une minute.” Et il s’agenouille. “Oh Dieu pardonne-moi.” Et quand il a fini, alors il allume son téléphone et il dit, “Ma femme, je suis tellement désolé pour ce que j’ai fait. Pardonne-moi, je ne peux pas entrer à la réunion à moins que tu ne me pardonnes.” Vous ne pensez pas que c’est puissant? Vous ne pensez pas que c’est surnaturel? Je vous dis que si. Quelque chose est arrivé à cet homme. Et petit à petit, cela commencera à sortir de plus en plus, et plus. Cela prendra un moment. Mais quand sa femme descendra, et dira : “sors la poubelle.” Il dira : “Je… je ne peux pas… maintenant.” Ou, “Ok” “Je le ferai” Parce que vous n’êtes plus dévoré par votre égo. Dieu a travaillé dans son coeur, vous voyez ça? C’est de cela dont nous parlons. C’est pour cela que je ne supporte pas ces extrêmes. Cette extrême, où vous êtes nonchalant par rapport au péché : “Ouaih, je suis croyant.” Et cette autre extrême : “Bon, vous avez péché donc vous êtes perdus.” Les deux sont mortelles. Vous voyez que vous pouvez marcher des milliers de kms de cette manière, et des milliers de cette manière, et être dans le mensonge. Mais marchez dans la vérité c’est comme marcher sur le fil du rasoir. Et il y a des fossés des deux côtés, et vous pouvez tomber dedans. Eviter les extrêmes. Nous sommes un peuple changé. Nous pouvons le dire.

Si un chrétien a déjà mis sur son t-shirt : “Changé.” Alors je dirais qu’il est un hérétique, à moins qu’il ne mettre sur le dos : “Et encore en train de changer.” Fondamentalement, par nature nous avons changé. Mais ce changement va se produire pendant toute la vie. Pendant toute la vie et pas accompli avant d’être dans la gloire. Donc, quelle est une des preuves que nous sommes convertis, vraiment convertis?

Bon, laissez-moi le dire de cette façon. Quelqu’un me dit : “J’ai une nouvelle relation avec Dieu.” Je lui pose cette question. “Avez-vous une nouvelle relation avec le péché?” Parce que la preuve que vous avez une nouvelle relation avec Dieu c’est que vous avez une nouvelle relation avec le péché. C’est comme l’illustration du mariage. J’ai une nouvelle relation avec elle. Bon alors cela signifie que vous avez une nouvelle relation avec toutes les autres femmes sur cette planète. Une relation de “Non.” Vous voyez? Maintenant continuons avec le test suivant.

Au chapitre 2, verset 4. Commençons au verset 3. “Nous savons par cela que nous L’avons connu.” Maintenant c’est un… Or regardez ça. Par cela nous savons que nous sommes chrétiens. “Si nous gardons Ses commandements.” Maintenant encore plus intrépide, Jean va devenir. “Celui qui dit : je L’ai connu, et qui ne garde pas Ses commandements est un menteur.” Bon arrêtons-nous là un moment. Si j’avais eu 5 cents à chaque fois que quelqu’un aux USA m’avait dit : “Bon, je sais, je vis dans le monde tout comme le diable, et tout le reste, mais vous ne savez pas ce qui est dans mon coeur. Je L’aime réellement, je Le connais réellement” Quelle est la réponse à ça? Jean fournit la réponse.

“Celui qui dit : je L’ai connu, et qui ne garde pas Ses commandements est un menteur.” Et encore, l’idée “garder” ici ; au présent. Parlant d’un style de vie. Il ne parle pas d’une perfection sans péché. Mais il parle d’une nouvelle relation avec les commandements de Dieu. Et maintenant revenons en arrière.

Avez-vous une nouvelle relation avec Dieu? Alors vous avez une nouvelle relation avec le péché. Parce que vous avez une nouvelle relation avec les commandements de Dieu. Avant la conversion. Un homme ne se promène pas en pensant aux commandements de Dieu. En essayant d’obéir aux commandements de Dieu. Brisé, quand il enfreint les commandements de Dieu. En confessant, quand il enfreint les commandements de Dieu. Il n’a aucune relation avec les commandements de Dieu. Il fait ce qui est bien à ses propres yeux. Mais si il a réellement été converti, que se passera-t-il? Commencera une nouvelle relation avec les commandements de Dieu, avec la volonté de Dieu. Il voudra connaitre la volonté de Dieu pour sa vie. Il voudra obéir à la volonté de Dieu. Il demandera la puissance pour obéir. Il confessera le péché quand il se trouvera en train d’enfreindre la volonté de Dieu. Voici la preuve de la vraie conversion. C’est ça! Se trouve-t-elle en vous? Se trouve-t-elle en vous?

A nouveau, nous ne parlons pas d’un Pharisien plein de suffisance. Pas du tout. Nous pouvons parler d’une personne qui lutte, et lutte grandement. Mais sa lutte vient du fait qu’elle veut maintenant obéir à la volonté de Dieu. Elle désire obéir à la volonté de Dieu. C’est significatif pour elle, significatif pour elle, précieux pour elle. Et maintenant certains d’entre vous, parce que je connais les oeuvres du diable, je sais comment il travaille. Certains d’entre vous disent : “Mais, si souvent, je ne veux pas étudier les Ecritures.” C’est précisément ce que vous dites. “Si souvent je suis paresseux, cela ne signifie-t-il que je ne suis pas converti? Si souvent je ne mémorise pas. Si souvent je n’ouvre pas la Bible. Cela signifie-t-il que je ne suis pas converti?” Je peux vous rejoindre dans ce chant que vous venez de chanter. Aucun d’entre nous n’étudie la Parole comme nous le devrions. Aucune d’entre nous ne mémorise comme nous le devrions. Mais voici quelque chose que je sais. Avant la conversion, cela ne me dérangeait pas. Que j’étais paresseux en ce qui concerne la piété, la dévotion et l’étude des Ecritures. Maintenant, cela me tue aussi souvent. Paul, vous êtes un enseignant. Comment ne voulez-vous pas sortir du lit maintenant et étudier? Vous voyez? Si vous luttez contre ça, et je sais que vous le faites. Si vous luttez contre ça, cela aussi me dit quelque chose sur vous.

Vous voyez. Si les hommes sont vraiment radicalement dépravés. Alors il n’y a aucune vertu ou désir de Dieu en eux, sauf par l’oeuvre de l’Esprit. Et cependant, vous êtes assis là, me disant, “Je désire être plus comme Lui. Je veux Le connaitre mieux, Je veux plus Lui obéir, et cela me tue quand je n’accomplis pas les choses mêmes que je désire.” Cela me dit que quelque chose vous est arrivé. Mais vous aurez une nouvelle relation avec Sa Parole. Oui.

Ecoutez-moi jeunes gens. Ecoutez-moi. Parce que vous ne savez pas ce que vous pensez que vous savez. Et je connais. Parce que quand j’avais votre age, je ne savais pas ce que je pensais que je savais. Et je sais que parce que dans 30 ans, Si je vis aussi longtemps. Je regarderai à ce jour même, me tenant au pupitre, et je réaliserai que je ne savais pas ce que je pensais que je sais même maintenant. C’est une partie de la vie chrétienne. Il va y avoir des épreuves dans votre vie. Il va y avoir de la souffrance. Il va y avoir des marches en dehors du chemin. Pendant des jours, et peut-être même des années. Sur lesquels vous n’auriez jamais marché, et Dieu va permettre que tout cela arrive. Pas parce qu’Il ne vous aime pas, mais parce qu’Il vous aime. Il va permettre que toutes ces choses arrivent. Afin que petit à petit, toute votre confiance, et votre sagesse soient rendues vaines. Vous voyez ça? Et vous ne ferez plus, comme Israël a fait dans le livre des Juges : faire ce qui est juste à vos propres yeux. Mais vous chercherez à vivre par Ses commandements. Pas par ce que vous voyez, pas par ce que vous ressentez. Même pas par ce que vous buvez. Mais par “ainsi a dit le Seigneur.” Cela deviendra le guide de votre vie. Afin que si Il dit “Reste” vous restez. Si Il dit, “Cours” vous courez. Si Il dit, “Marche” vous marchez.

Maintenant allons vers un autre test. Le verset 6 du chapitre 2. “Celui qui dit qu’il demeure en Lui doit marcher aussi comme Il a marché Lui-même.” J’avais lu ça avant et vu des regards sur les visages des gens, si je lis les visages des gens correctement. Dans lequel entendre ce texte était le clou final de leur cercueil. “Que voulez-vous dire? Celui qui est sauvé marchera, comme Il a marché?” Nous ne parlons pas de Jean ici. Nous ne parlons même pas de l’Apôtre Paul. Nous parlons de Jésus. L’homme parfait sans tache, sans défaut. Sans souillure, sans tache. Faisant toujours la volonté de Son Père. Le seul à passer dans la gloire, fondé sur Sa propre justice. Vous dites ça afin d’être chrétien, je dois marcher comme Il marche, ou cela en sera la preuve. Bon c’est ce que Jean dit. C’est ce qu’il dit clairement. Il dit, “Celui qui dit qu’il demeure en Lui doit marcher aussi comme Il a marché Lui-même.” Mais qu’est-ce que ça signifie? A nouveau, nous ne parlons pas d’une conformité parfaite. Ce dont nous parlons c’est, “Telos” – la fin. Le but, l’objectif, la ligne d’arrivée. Ce dont nous parlons ici; quel est le grand objectif de votre vie? A qui voulez-vous ressembler? Qui cherchez-vous à imiter?

Quand j’étais un petit garçon, j’avais souvent peur de mon père; mais toujours, j’ai respecté mon père. C’était un homme grand, il avait à peu prés ma taille. Mais il était beaucoup plus fort, beaucoup plus carré. Et nous sortions, quand j’étais un petit garçon, et nous nourrissions les chevaux, en particulier en hiver. Quand toute la neige et la glace tombaient, et il n’y avait pas d’eau pour les chevaux, ou le bétail. Et nous sortions, et soit nous cassions la glace, soit nous portions l’eau dans de grands seaux. Et je peux encore aujourd’hui me rappeler mon père. Saisissant et attrapant un seau avec une main, et un autre seau dans l’autre main. Et se tenant là les tenant, et marchant dans la neige. Et je voulais toujours être comme lui. Il me faisait sortir là quand j’avais 6 ans. Et j’attrapais et je saisissais un seau, et j’attrapais et je saisissais un autre seau. Et ensuite j’essayais de mettre mes pieds dans ses empreintes. Et honnêtement, je ressemblais à une araignée ivre. Si vous m’aviez vu, vous auriez ri. Si vous aviez été moins qu’un homme gentil, vous vous seriez moqués et vous auriez plaisantés. Mais il n’y aurait eu aucun doute dans l’esprit de tout le monde. Ce petit garçon voulait être comme son père. Il trébuchait, tombait et échouait. Il ne pouvait pas faire la même enjambée. Mais il n’y avait aucun doute. Il voulait être comme quelqu’un. Et ce quelqu’un était son père.

Maintenant, puis-je vous poser une question? A qui voulez-vous ressembler?

Maintenant, craignez. Parce que nous n’avons vraiment pas besoin que vous répondiez à cette question. Nous le savons déjà. Pas parce que nous sommes des prophètes, pas parce que nous pouvons regarder dans votre coeur. Tout ce que nous avons à faire, c’est d’ouvrir nos yeux. Ce n’est pas si caché que vous le pensez.

Maintenant je dis ça pour vous, pour moi, pour chacun d’entre nous. La personne à qui vous espèrez réellement ressembler, c’est trés évident. C’est trés évident. Parler comme le monde, agir comme le monde, s’habiller comme le monde. Faire tout ce que le monde fait. Avoir les mêmes héros. Avoir les mêmes passions et désirs. Alors tout ce que cela dit à quelqu’un, c’est que vous aimez le monde. Vous aimez le monde. Ou voulez-vous être comme Christ? Tant de choses sont enseignées sur l’homme qui sont tellement fausses. Comme si certains de nos, de ces personnages historiques, Comme John Wayne, ou Teddy Roosevelt, ou les explorateurs, ou ceci ou cela, sont des hommes à imiter. Non, ils ne le sont pas. A moins qu’ils ne l’aient fait pour la gloire de Dieu, ils ne sont pas à imiter. Parce que nous ne parlons pas d’être un homme comme John Wayne, ou Hercule. Nous parlons d’être un homme comme Jésus Christ. Nous parlons aussi d’être une femme, qui montre la même vertu que son Seigneur, et grand frère. Nous parlons de vouloir être comme Jésus. Est-ce évident dans votre vie? Désirez-vous être comme Jésus? Et vous asseyez-vous quelques fois seul, comme moi; le soir, dans le noir, à réfléchir; Aujourd’hui, j’ai agi plus comme un idiot, que comme Jésus. J’ai agi plus comme un plouc, que comme Jésus. J’ai agi plus comme un homme arrogant, ou un grec, ou un romain, que comme Jésus. Participé à des conversations et dit, “Je n’ai pas parlé comme Jésus aurait parlait là.” Voulez-vous et désirez-vous être comme Jésus? Et faites trés, trés attention. Parce que vouloir être comme Jésus, c’est toujours être filtré par la culture ou la sous-culture dans laquelle vous vivez. Pourrait être un gars tournant en rond avec des tongs, et des bracelets “que ferait Jésus”. Et disant, “Mec, je suis un sauvage, comme Jésus était un sauvage.” Non, vous êtes comme votre culture, c’est ce que vous aimez. Ou des gens habillés comme si nous vivions encore à l’époque de “Orgueil et préjugés.” Et disant, “Je ressemble à Jésus.” Non, je suis désolé, ils ne portaient pas ces vêtements quand Jésus vivait. Nous ne parlons pas de ce genre de choses. Nous parlons de ce que nous sommes réellement! Ce que nous faisons réellement! Comment nous pensons réellement! Vous voyez ça? Trés important.

Maintenant allons au dernier test et nous terminerons. Verset 7 : Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveu que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement; ce commandement ancien, c’est la parole que vous avez entendue. Toutefois, c’est un commandement nouveau que je vous écris, qui est vrai en Lui et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà.” Maintenant si vous étiez là à notre étude de mercredi soir.

Vous savez que c’est un de mes versets préférés dans toute la Bible, pourquoi? Je le trouve curieux. Parce que Jean dit, vous savez que je suis un… Je ne vous écrit pas un nouveau commandement. Et ensuite il fait demi-tour et dit : je vous écris un nouveau commandement. Et vous voulez juste regarder Jean et dire : “Jean lequel est-ce? Vous écrivez soit un commandement ancien, soit un commandement nouveau,” Il dit, Non j’écris les deux. Que veut-il dire? Et si vous pouviez méditer sur ce texte, et en avoir un aperçu. Parce que je ne peux pas bien l’expliquer. Pas même ce qui est dans mon coeur par rapport à ce verset. Il dit que le commandement de l’amour est un commandement ancien. Il a été dès le commencement. Il a toujours été. La marque de quelqu’un qui connait Dieu, c’est l’amour. C’est un commandement ancien. Mais c’est un commandement nouveau, dans quel sens? Quand Jésus est venu, Il nous a révélé une telle expression élevée de l’amour. C’est comme si l’amour n’avait jamais été exprimé avant. Il l’a amené à un autre niveau tellement élevé. C’est comme si c’était un commandement tout nouveau. Et Il l’a fait. Il l’a fait. Et que continue-t-il à dire ici? Il dit, et j’aime ça : Toutefois, (verset 8) c’est un commandement nouveau que je vous écris, qui est vrai en Lui et en vous. Jean, il est vrai en moi? Comment? Il dit, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà. Les ténèbres se dissipent, et la lumière véritable paraît. Et qu’est-ce que cela signifie? Cela a beaucoup à voir avec la révélation. Mais cela a aussi beaucoup à voir avec la sanctification. Les choses anciennes se dissipent. Il y a une raison pour laquelle elles se sont toutes dissipées. Vous vivez dans un royaume complètement différent, et dans une sphère complétement différente. . Mais le travail extérieur de ça. Comme vous continuez avec le Seigneur, Il va être fidèle. Il va être fidèle, pour faire quoi? S’assurer que de plus en plus de ténèbres se dissipent, et plus de lumière paraît. Et comment saurez-vous quand cela arrivera? Quand une des manières principales, vous connaitrez, c’est quand vous aimerez les gens. Au moins comment vous apprenez à aimer les gens.

La chose que je… La chose que je vois dans une lumière si nouvelle, comme je ne l’avais jamais vu avant. Même si j’avais pu dire le meilleure chose avec ma bouche. C’était que dans la nouvelle alliance, l’amour est tout. Je ne sais toujours pas ce que je dis, quand je dis ça. C’est réellement vrai. Que si vous aimez le Seigneur votre Dieu, de tout votre coeur, âme, pensée et force. Et vous aimez votre voisin comme vous-mêmes. Ce sera l’accomplissement de la loi de Dieu. Et la plus grande expression de la maturité biblique, c’est l’amour, c’est réellement ça.

Donc, un homme peut traverser la jungle en courant poursuivi par les ennemis. Un homme peut abandonner tout ce qu’il a plusieurs fois. Un homme peut s’épuiser. Mais si il n’a pas d’amour, il n’est rien, il ne fait rien, il n’accomplit rien.

Quelle est une des plus grandes preuves que vous êtes un croyant? C’est que vous aimez. Et donc vous savez à quel point c’est important, vous connaissez l’avertissement que Christ nous donne dans le jugement des nations. Celui des brebis et des boucs. Qu’il y a une séparation. Les gens comprennent mal ce passage, ils lisent ce passage et disent, “Ce passage prouve que nous devons, vous savez, donner à manger aux affamés, et vétir les pauvres, et visiter les gens en prison, et avoir un ministère dans les prisons.” Ce n’est pas du tout ce que signifie ce passage. Ce n’est pas du tout ce que ce passage signifie.

Maintenant, nous devons nourrir les pauvres, nous devons avoir des ministères dans les prisons, et nous devons faire toutes ces choses. Mais ce n’est pas du tout ce dont parle ce texte. Vous voyez comment nous pouvons citer un texte, et le sortir totalement du contexte. Jésus ne dit pas, J’étais un meurtrier en prison, et vous M’avez visité. Ce n’est pas ce qu’Il dit. Que dit-Il? Tout le passage, c’est le travail d’amour pour les autres chrétiens. C’est ce cela dont parle ce texte.

Vous dites “Que voulez-vous dire?” Laissez-moi vous donner une illustration. Nous nous réunissons dans une forêt en dehors de Rome. Nous sommes une religion criminelle. Nous sommes chrétiens. Et la réunion se termine vers environs 11 heures du soir, et tous nous savons prendre des routes différentes pour revenir dans la cité. Vous rentrez à la maison, vous allez au lit. A environ 4h du matin, quelqu’un cogne sur la porte. Vous ouvrez la porte, et c’est un des croyants. Il dit, Vous devez vous réunir à nouveau dans les bois, venez. Donc vous vous habillez, vous prenez le chemin pour retourner dans les bois. Il y a ici une réunion, tous les croyants. Que s’est-il passé? Un des anciens se lève et dit. “Deux de nos hommes, sur le chemin du retour, ont été attrapés par les soldats. Ils ont été trouvés avec des écrits. Ils ont été attrapés, et maintenant ils sont en prison. Ils ont été frappés, et jetés en prison.”

Bon, beaucoup de prisons tout autour du monde, vous ne savez peut-être pas ça. Si quelqu’un de l’extérieur ne vous apporte pas de médicaments, de nourriture et de vêtements, vous allez mourir. Et donc ils dirent, “Nous devons faire quelque chose.” Et deux jeunes croyants se lèvent immédiatement, pleins de zèle. Tout comme certains de vous, les gars du lycée, pleins de zèle. “Nous leur apporterons les vêtements, nous irons, nous apporterons les médicaments. Nous les apporterons.”

Et alors un gars plus agé comme moi se lève et dit, “Magnifique, asseyez-vous un moment, vous ne savez pas ce que vous dites.” Vous voyez, quand vous irez, et que vous apporterez ces médicaments, et ces vêtements, et tout le reste. Et vous l’apporterez dans cette prison. Ils vont savoir que vous êtes aussi des croyants. Et si ils le savent, et qu’ils ne sont pas de bonne humeur. Ils vont vous frapper, vous déshabiller, et vous jeter en prison. Savez-vous ce que vous dites, quand vous dites : j’irai?

Et alors un groupe se lève, de quelque part dans l’église, se lève, un groupe de personnes et disent, “C’est stupide, c’est ridicule. Nous sommes fatigués de ça, nous croyons en Jésus aussi. Mais nous continuons à voir cette église devenir de plus en plus radicale. Et nous sommes fatigués de ça. Nous pensons que vous êtes fous. Nous n’avons jamais été appelés à faire ce genre de choses. Ils ont été attrapés, c’est leur problème. Dieu sait ce qu’Il fait. Nous sommes en dehors de ça!” Et ils partent, et que venez-vous de voir?

La division des brebis et des boucs. Avant le jour du jugement. Et ensuite deux hommes agés se lèvent et ils disent, “Bon, nous avons élevé nos familles, jeunes hommes, asseyez-vous, nous ne voulons pas que vous y alliez. Nous avons élevé nos familles, nos enfants sont adultes. Donnez-nous les affaires.” Et alors tous les gens retournent en courant vers leur maison. Ils sont pauvres, ils sont esclaves. Ils prennent des médicaments, ils vont en acheter. Ils font tout ce qu’ils peuvent. Ils sacrifient tout. Ils se réunissent à nouveau dans les bois, et les deux hommes agés prennent la nourriture, les vêtements et les médicaments. Pour aller servir les frères en prison. C’est de cela dont parle Jésus.

Au fond Il dit ceci. Une des plus grandes preuves, si ce n’est pas la plus grande preuve que vous croyez en Lui, et que vous avez affirmé qu’Il était Seigneur, c’est que vous aimez les frères. Vous aimez les frères.

Maintenant, je sais qu’il y a des gens dans cette église. Tant de chers frères et soeurs en Christ qui sont convertis, qui feraient ça. Je le sais, et c’est merveilleux.

Et ce que je vais dire maintenant, à l’église, ce n’est en aucune manière pour rabaisser ça. Je sais que vous le feriez. Mais, église, rappelez-vous ceci. Nous avons des frères et soeurs en Christ en prison. Nous avons des frères et soeurs en Christ dans le besoin. Et peut-être en tant que corps, nous devrions prêter une plus grande attention à ça, vous ne pensez pas? Je sais qu’il y a des gens ici qui donneraient tout ce qu’ils ont, afin d’aider un frères ou une soeur en Christ. Je sais que vous le feriez. Mais, comme moi, comme moi. Nous oublions souvent, n’est-ce pas? Combien de nos frères et soeurs en Christ souffrent, et sont dans le besoin? Nous devons poser ça devant chacun d’entre nous tout le temps. Comment pouvons-nous aider? Comment pouvons-nous aider? Que pouvons-nous faire?

Quelqu’un m’a dit il y a longtemps. Vous vivez aux Etats-Unis, tu n’as pas besoin d’aller à l’extérieur. Alors je peux choisir de le faire. Pour le bien des frères et soeurs en Christ. Réfléchissons-y.