Votre faiblesse devrait vous conduire vers Dieu

Sujet:
Catégorie: Extraits, Video

Je suis si fatigué d’entendre les chrétiens me dire, “Frère Paul, je suis si faible.” Vous dites, “Frère Paul, vous avez commencé votre sermon en disant que vous êtiez faible. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas le dire?” Et bien, je veux que vous compreniez la phrase, et son contexte.

Premièrement, vous n’êtes pas faibles, et je peux vous le prouver. La semaine dernière, combien de temps avez-vous passé à saisir, et à chercher à connaitre Dieu et Sa Parole, et dans la prière; à savoir que sans Dieu et Son oeuvre pour vous, vous n’allez pas être capable d’y arriver? Oh, regardez, c’est vraiment facile de dire, “Je suis si faible.” Votre problème n’est pas que vous êtes si faible, votre problème est que vous pensez que vous êtes fort. Je peux le prouver juste en regardant votre vie de prière. Vous voyez? Notre problème n’est pas que nous sommes trop faibles. Notre problème est que nous ne reconnaissons pas notre faiblesse. Vous voyez ça? C’est pour cela que les plus grands hommes et femmes qui ont été les plus utilisés dans toute l’histoire chrétienne semblent avoir seulement une chose en commun: une reconnaissance de leur faiblesse.

Maintenant, voici ce que je veux vous montrer, et c’est tellement, tellement important. La faiblesse n’est pas une barrière à la puissance; la faiblesse est le catalyseur de la puissance spirituelle. Le problème est une mauvaise réponse. Donc, premièrement, vous devez reconnaitre quelque chose: tout le monde est faible. Tout ce qui vous est demandé dans le Nouveau Testament est absolument impossible à l’homme naturel. Vous y voilà. Donc maintenant tout le monde est au même niveau. Moi, vous, Spurgeon, John Piper, nous tous. Tout le monde est faible, c’est tout. Maintenant vous ne pouvez plus utiliser la faiblesse comme une excuse, parce que tout le monde est tout aussi faible. Personne ne peut faire ces trucs. Personne. Donc vous y voilà, nous sommes faibles. La question est, que faisons-nous?

Maintenant, beaucoup de personnes marmonnent “faiblesse”, parce que c’est la façon chrétienne de dire, “Je suis faible.” D’autres personnes trouvent trés commode d’utiliser cette phrase. Pourquoi? Parce qu’ils peuvent l’utiliser comme une excuse pour leurs péchés. “Bon je suis faible. Tout le monde est faible.” Mais la bonne mentalité ici, c’est qu’en reconnaissant votre faiblesse, cela vous conduit vers Dieu – immédiatement vers Dieu! Croire dans la foi, qu’Il est la fontaine qu’Il dit être. Qu’Il est la source et l’Aide qu’Il dit être. Qu’Il est Celui aux ressources illimitées. Qu’Il ne distribue pas avec cupidité aux enfants, mais qu’Il déverse sur nous. Donc, regardez, votre problème est que vous ne reconnaissez pas réellement que vous êtes faible. Ou, vous reconnaissez que vous êtes faible, mais vous restez là dans votre faiblesse. Le truc c’est que votre faiblesse devrait vous conduire vers Dieu, à chaque fois! Mais voilà le problème. Entrons-y avec votre coeur qui vous condamne, et Satan qui aide votre coeur à vous condamner.

J’ai vu quelqu’un hier soir. J’ai discuté un long moment avec elle, une précieuse petite fille. Elle reconnaissait sa faiblesse. Elle reconnaissait sa fragilité. Elle reconnaissait son péché. Elle reconnaissait qu’il y avait des choses dans sa vie qu’elle ne pouvait pas vaincre pour le moment. Mais voilà quel était son problème: elle voyait son péché, et à cause de l’oeuvre du diable, et quelques fois à cause de son propre coeur qui la condamne, elle se mettait elle-même sur le banc de pénalité, chaque fois qu’elle péchait. “Bon tu ne peux pas aller devant Dieu pour le moment. Tu ne peux pas revenir vers Lui sans cesse. Tu as péché hier et tu t’es repentie et tu as demandé pardon; maintenant tu as fait la même chose encore aujourd’hui.” Tu retournes vers Lui, tu n’est qu’une hypocrite. Tu n’apprécies pas Dieu. Tu n’as pas une haute opinion de Dieu. A quoi tu penses, que Dieu distribue son pardon à n’importe qui?”

N’est-ce pas ce que nous faisons, et n’est-ce pas ce que nous pensons? Nous commettons un péché, que nous avons déjà commis, et dont nous nous sommes déjà repentis, et à cause de ça nous pensons que nous devrions nous mettre sur le banc de pénalité; pour un petit moment au moins – plusieurs jours – et essayer de travailler pour rentrer en grâce avant de venir vers Dieu. Parce qu’en fait nous pensons, “Si je reviens à chaque fois que je fais ça, immédiatement. non seulement en revenant et en demandant le pardon, mais en espérant le pardon, n’est-ce pas de l’hypocrisie? N’est-ce pas une piètre opinion de Dieu? N’est-ce pas traiter Dieu comme une machine à pardonner?” Non, c’est biblique!

C’est ce que la pauvreté de l’esprit est supposée faire pour nous. Et à nouveau, je ne préche pas ça, j’espère, à des personnes inconverties dans l’église qui vont dire, “Wow si Dieu est aussi bon, je pécherai tout le temps, et je n’aurai qu’à revenir et demander pardon.” J’espère que je ne parle pas à de telles personnes. J’espère que je parle à des chrétiens authentiques qui veulent vraiment être quelque chose qu’ils ne sont pas encore; mais quand ils se trouvent fragiles; quand ils se trouvent faibles; quand ils se trouvent dans le même péché qu’avant, ils se blotissent un peu et attendent. Peut-être qu’ils lisent leur Bible pendant quelques jours, prient un peu plus, montrent à Dieu qu’ils sont vraiment sincères avant d’aller là-bas, et en fait d’essayer d’obtenir le pardon. Non!

Une des plus grandes joies dans ma vie c’est quand j’ai découvert au moment où j’ai commis le péché que je commets toujours, ma première réponse devrait être de m’accrocher à Christ. Pas misérablement, pas en pensant, “Me voici, tu devrais me frapper,” mais non! Je m’accroche à Christ en disant, “Je crois à tes promesses! Je suis dans un royaume différent. Je suis libre. Je suis un saint; j’ai été retiré d’Adam et de la condamnation et de la loi.

Tout ça a été payé sur cette croix quand Il est mort. Il savait tout! Il a tout pardonné! JE SUIS LIBRE!” C’est absolument spectaculaire.