La foi, ce n’est pas regarder à vous-mêmes

Sujet: ,
Catégorie: Extraits, Video

Comment se fait-il que tant tournent mal? La plupart des hommes se glorifient en eux-mêmes et empilent leurs références afin de gagner la faveur de Dieu, pourtant la vérité est qu’ils sont pécheurs et ont besoin de Christ.

———–

C’est là où tant tournent mal et certains dans cette église aussi. Vous vous découragez, vous êtes contrariés, vous êtes frustrés; Pourquoi? Parce que vous regardez à vous-mêmes. Ce n’est pas ça la foi. La foi c’est dire, “Qu’est-ce que Dieu”? Qu’a-t-Il promis? Il est un rémunérateur. Il a donné des promesses de récompenses si nous venons à Lui. Mais oh, combien de Caïn y a-t-il dans ce monde. Que même quand ils savent Dieu leur dit, viens sans argent, et Je t’accepterai. Mais les hommes, les hommes préfèreraient aller en enfer plutôt que de venir brisé à Dieu.

Ils préfèreraient aller en enfer plutôt que de venir dans l’indigence.

Ils préfèreraient aller en enfer plutôt que d’admettre qu’ils sont méchants, pécheurs, vils…

Le proverbe ne dit-il pas, “Beaucoup de gens proclament chacun leur bienveillance.” Vous sortez dans ces rues et vous évangélisez, et que trouvez-vous porte aprés porte?

Je me rappelle allant à un endroit à Stockdale, Texas; [Je parle à un homme] du Seigneur, et il dit, “Je suis diacre”. Qu’est-ce que ça peut faire?

Je me souviens en train de parler à quelqu’un, et il dit, “et bien, je chante dans la chorale.” Que faites-vous, vous empilez vos références. Vous êtes un pécheur. Vous avez besoin de Christ! C’est la foi. La foi de ne pas croire que je me suis assez repenti ou que j’ai assez cru. La foi, ce n’est pas à mon sujet. C’est au sujet de qui Dieu est. Et aussi longtemps que nous sommes impliqués dans le fait de regarder à quel point nous croyons bien, ce n’est plus centré sur Lui. C’est centré sur “moi”, et à quel point je fais bien quelque chose. A quel point je fais bien cette offrande comme Caïn a cherché à faire l’offrande.

Vous devez reconnaitre que Caïn croyait qu’il y avait un Dieu. Il parlait avec Lui. Il Lui apportait un sacrifice. Caïn croyait qu’il y avait un Dieu. Caïn a apporté un sacrifice à Dieu. Caïn est allé en enfer. Cela ressemble à quelque chose dans l’Ecriture? Comme Matthieu 7:23 peut-être? C’est crucial parce que la même chose peut arriver juste ici. Vous allez à l’église. Vous possédez une Bible. Vous chantez un cantique. Vous mettez de l’argent dans le panier à offrandes. Et vous allez en enfer. C’est ce que nous montre Matthieu 7:23.

Vous pensez à la prière. Nous prions. Vous savez que vous pouvez vous agenouiller, la posture semble géniale, vous pouvez dire des paroles. Pensez-vous à quelqu’un dans l’Ecriture qui priait mais Christ disait, ce n’était pas accepté? Et en ce qui concerne un Pharisien là dans Luc 18. Voyez que vous pouvez traverser toutes les activités et à la fin; “J’ai prié.” Et vous pouvez regarder ça, “J’ai prié” Seigneur, “J’ai prié”. Et vous sentez comme, “J’ai prié” Seigneur. Contre le fait de venir et de regarder au Dieu qui a promis de répondre à la prière. Vous voyez, je ne dépends pas de la prière, je dépends de Celui qui répond à la prière.

Voici le péager, il ne lève même pas les yeux. Nos prières n’ont pas à être bonnes, elles n’ont pas à être éloquentes, parce que à nouveau; la foi, c’est sur ce que Dieu est, et qu’Il est un rémunérateur. C’est sur le fait que Dieu est réel et un rémunérateur. C’est sur qui Dieu est. C’est sur l’excellence de qui Dieu est.

Vous voyez ce qui arrive quand je viens en prière, c’est comme, “Seigneur, je ne sais pas prier,” tout ce que vous faites c’est gémir, vous ne faites que soupirer; il n’y a pas d’éloquence, il n’y a rien. Vous n’êtes pas dans une posture parfaite, vous êtes allongé sur votre lit, et vous vous sentez usé et fatigué, et vous ne sentez rien, et vous vous sentez comme un échec. Et tout ce que vous pouvez faire c’est gémir devant Dieu. Mais votre espérance c’est ce Dieu qui a dit “Je réponds à la prière,” “Priez dans le nom de mon Fils et elle sera acceptée.” Et vous priez Seigneur, “Tu as dit que Tu répondrais, Tu l’as dit!” Vous voyez? Maintenant c’est différent. Cela ne concerne pas mon offrande. Cela concerne le Dieu derrière ça C’est le Dieu sur lequel je veux me brancher.

C’est comme la repentance; les gens disent, “J’essaie de me repentir, et Dieu ne me sauve pas”. Oui, mais vous voyez, votre repentance est trop centrée sur vous-mêmes. Vous ne vous repentirez jamais vraiment, tout comme vous ne prierez jamais vraiment, tout comme vous ne vivrez jamais vraiment d’une manière qui plait au Seigneur, jusqu’à ce que ce soit centré sur qui Dieu est.

Vous voyez quand Job voit qui Dieu est, il se repent dans la poussière et la cendre. Il devient soudain conscient de Dieu. C’est ce qui plait au Seigneur. et c’est évidemment ce que Caïn n’avait pas mais qu’Abel avait. Et c’est pourquoi il a été accepté. Il a été accepté parce qu’Abel avait besoin de Dieu. Abel avait foi au Seigneur. Abel cherchait Dieu pour subvenir à ses besoins, et être bon avec lui, et l’accepter bien qu’il fut un pécheur.

Caïn venait dans une attitude d’autosuffisance totale qui est démontrée par sa colère. Démontrée par le fait qu’il ne voulait pas céder même à l’appel de Dieu de revenir maintenant, et de réessayer, et de bien faire. Non, je préfère tuer mon frère, et quitter la présence du Seigneur plutôt que d’obéir à cette invitation de réessayer encore une fois et de bien faire. Je veux le faire à ma façon. Je pense que la façon dont je l’ai fait était tout à fait bien.

C’est tout le sens de ce chapitre qui apparait devant nous. Invisible. C’est une confiance de ce qui est invisible. C’est ce que vous et moi n’avons pas vu. Il y a une cité là-bas qui n’est pas faite de main d’hommes, il y a un prix là-bas, le Christ Lui-même. Nous ne L’avons pas vu, nous aimons un Christ invisible.