Un chrétien peut-il se suicider ?

Catégorie: Questions & Réponses, Video
Sujet:

Bon, la question que j’ai posée est, “Un chrétien peut-il se suicider ?” Et si nous réfléchissons vraiment à ce qu’est le suicide…qu’est-ce que le suicide ? Prendre sa vie, se tuer. C’est un meurtre. N’est-ce pas ? C’est le meurtre de soi-même. Et si nous, si nous considérions le suicide, juste comme point de départ, que c’est un meurtre, Vous savez que vous commencez à y réfléchir, que dit la Bible sur le meutre ? Pourquoi les gens tuent-ils ?

Quest-ce que Jacques nous dit ? Jacques le dit très précisément dans Jacques chapitre 4 verset 2. “Vous convoitez et vous ne possédez pas, donc vous êtes meurtriers.” N’est-ce pas ? C’est ce qu’il dit. Bon, pensez à la façon dont ça s’applique au meurtre sur soi-même aussi.

Je travaillais avec un incroyant quand j’étais ingénieur qui me disait qu’il croyait que le suicide était une expression, c’était comme la plus complète expression ou l’expression ultime de la haine de soi.

Et j’ai dit, “Je ne crois pas. Je pense que c’est une expression de l’amour de soi-même.”

Vous dites, “Mais qu’est-ce que tu dis ? Ils se détruisent eux-mêmes.”

Et bien, ça vient directement de ce texte. Pourquoi les gens se suicident-ils ? Vous convoitez et vous ne possédez pas, et vous êtres meurtriers. Je dis que les gens tuent, et j’inclus le suicide, parce qu’ils ont des désirs qu’ils sont incapables de satisfaire. C’est pourquoi les gens se suicident. Ils veulent quelque chose.

Vous savez dans ce pays, quand nous sommes entrés dans la Grande Dépression, la bourse s’est effondrée et beaucoup d’hommes d’affaire se sont suicidés. Pourquoi ? Parce qu’ils voulaient qu’on leur rende leur argent mais ils ne l’ont pas eu. Ils convoitaient et ils n’ont pas eu alors ils se sont tués.

Quelques fois un jeune se suicidera pour se venger d’un parent, pour blesser quelqu’un. Que désirent-ils ? Ils désirent faire souffrir. Mais dans la vie, ils ne pensent pas pouvoir y arriver.

Sinon, c’est probablement banal, le suicide est commis parce que les gens souhaitent être délivrés de ce qui les fait souffrir. Ils souffrent de la douleur. Ils souffrent de la solitude.

Un jeune homme va perdre sa petite amie et va envisager le suicide ou en fait essayer d’aller jusqu’au bout, peut-être même le faire. Pourquoi ? Parce qu’il convoite et il ne possède pas et ils pense que c’est…il y a une pensée que, “Si je me tue, alors j’arrête d’exister et la douleur s’en va. La blessure s’en va.” Et vous voyez, ils souhaitent être libérés de la douleur, libérés de la blessure, libérés de la souffrance. Mais ça ne fonctionne pas comme ça.

Est-ce que Jacques chapitre 4 …ne décrit-il pas parfaitement le meurtre, mais il décrit aussi le suicide. C’est véritablement le même principe. Le suicide est au fond l’expression d’un individu, qui veut ce qu’ils veulent, et tuera pour avoir ce qu’ils ont, même quand ce n’est pas ce que Dieu veut.

C’est véritablement ce qu’est le suicide. C’est avoir un désir pour quelque chose qu’il ne plait pas à Dieu de vous donner maintenant et vous allez essayer de l’avoir par vos propres moyens, même quand ce n’est pas la façon dont Dieu veut que vous l’ayez.

Dieu voudrait que vous vous attendiez à Lui. Dieu voudrait que vous Lui apportiez vos souffrances. Dieu voudrait que vous regardiez à Christ pour qu’Il vous aide et remplisse ce vide.

C’est…vous voyez ce qui arrive. Les gens se suicident, pas parce qu’ils désirent Christ, mais parce qu’ils désirent autre chose, alors que Dieu voudrait qu’ils désirent Christ et qu’ils fassent de Christ leur trésor et trouvent leur satisfaction en Christ.

C’est pourquoi les chrétiens, quand ils souffrent même de la plus grande chose dans leur vie, peuvent tenir le coup sans se suicider, parce que Christ est toujours plus grand que tout ce qu’ils pourraient désirer. Donc, allons plus loin. Nous ne disons que ça, si nous disons, “Un chrétien peut-il se suicider ?” Bon, si nous étions allés simplement dans la Bible et avions regardé… J’en suis arrivé à 7 suicides dans la Bible. Je ne pense pas qu’il y en ai plus. Autant que je puisse m’en souvenir, et j’ai aussi cherché sur google donc je crois qu’il y en a 7.

Pensez à ces hommes qui se sont suicidés, je ne crois pas qu’il y ait eu des femmes, ce sont tous des hommes. Abimélek…vous vous rappelez, mes amis, qui était Abimélek ? Voici ce qui est dit d’Abimélek. C’est celui qui embaucha des hommes de rien et des aventuriers qui le suivirent. Et il vint à la maison de son père à Ophra et tua ses frères, les fils de Yeroubbaal; 70 hommes sur une même pierre. Il tua ses 70 frères. Un homme extrêmement mauvais.

De toute façon, Abimélek, il s’est suicidé. Il était en train d’essayer de prendre une ville. Debout sur une tour, une femme lança un morceau de meule de moulin sur la tête d’Abimélek et lui fracassa le crâne. Aussitôt il appela un des jeunes hommes, son porteur d’armes, et lui dit, “Tire ton épée et donne-moi la mort, de peur qu’on ne dise de moi, ‘c’est une femme qui l’a tué’.” Voyez-vous ce qu’il désirait ? Il a convoité et n’a pas possédé. Il désirait la vie, il ne désirait pas avoir la réputation d’un homme tué par une femme et donc il en vint à…C’est une expression d’orgueil même au moment de sa mort. Pas un bon gars avec lequel s’associer.

En d’autres mots, si quelqu’un se dit chrétien, et qu’il envisage le suicide, il est comparable à un homme comme Abimélek.

Qui d’autre ? Saül; Saül est un homme qui souhaitait se donner la mort. A nouveau, il avail le désir de ne pas subir les outrages des Philistins. Alors il appela son porteur d’armes pour mettre fin à sa vie. Il dit, “Tire ton épée et transperce-moi de peur que ces incirconcis ne vienne m’outrageaient.” Mais son porteur d’armes ne voulut pas, car il était saisi d’une grande crainte. Alors Saül se donna la mort, car il prit sa propre épée et se jeta dessus. Et nous connaissons Saül. Saül était-il un homme juste ? Saül n’était pas un homme juste. Il, je vous dit, on a dit de lui, “Parce que tu as rejeté la parole de l’Eternel, Il te rejette aussi afin que tu ne sois plus roi.” Donc, il était rejeté de Dieu.

Donc Abimélek et Saül, ce sont le genre d’hommes que nous trouvons dans les Ecritures. Le porteur d’armes de Saül, quand son porteur d’armes vit que Saül était mort, il se jeta aussi sur son épée et mourut. Maintenant, nous ne savons pas grand chose de lui sauf qu’il suivait un mauvais roi. Ahitophel…Vous avez déjà entendu parlé de ce nom ? Ahitophel était le conseiller de David et quand le fils de David a pris le pouvoir et a pris le trône, Ahitophel est resté là avec lui. Et il est dit, “Quand Ahitophel vit que son conseil, ” dans 2 Samuel 17:23, “quand il vit que son conseil n’était pas exécuté, il sella son âne et partit pour s’en aller chez lui dans sa ville. Il donna ses ordres à sa maison et il s’étrangla et il mourut et fut enseveli dans la tombe de son père.”

C’est un homme qui était parmi les conspirateurs avec Absalom. Il s’est levé contre un roi juste, le roi David, et il a été impliqué dans la conspiration contre lui et s’est rangé du côté de son fils malveillant. Donc voici un mauvais conseiller.

Donc vous avez Ahitophel, vous avez Saül, vous avez Abimélek.

Et Zimri ? C’est aussi un personnage qui s’est suicidé. Pas celui auquel ressembler. 1 Rois 16:18, il était roi d’Israël. Ecoutez ce qui est dit de lui. “Zimri, voyant que la ville était prise, se retira dans le donjon du palais royal et brûla sur lui le palais royal et mourut.” En fait, il est mort carbonisé. “A cause des péchés qu’il avait commis, faisant ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, marchant dans la voie de Jéroboam, et en se livrant au péché qu’il avait commis pour faire pécher Israël.”

Donc, voici un homme dont le péché était grand devant Dieu. Alors, vous avez Abimélek, un meurtrier; Saül, que Dieu avait rejeté; Ahitophel, un méchant conspirateur; Zimri, un roi mauvais.

Et Judas ? Judas était celui qui a trahi Christ. Il s’est suicide, il est dit, “Il se retira et alla se pendre,” Matthieu 27 verset 5. Quel genre d’homme était-ce ? Je vous dis que Jésus lui-même l’a appelé “le fils de la perdition”.

Bon, ça fait 6. Nous ne savons pas grand chose du porteur d’armes. Le prochain qui arrive est Samson. Bon, nous savons que Samson était un homme juste, mais je pense que cela mérite d’être aussi clarifié. Samson ne s’est pas suicidé. Ce que je veux dire, en d’autres mots, il n’a pas poussé ces colonnes parce son plan était de mettre fin à sa vie. Si il avait poussé ces colonnes et avait survécu, il aurait été vraiment heureux. Son plan était de tirer vengeance des ennemis de Dieu.

En fait, il était en train de prier l’Eternel pendant qu’il le faisait. “Eternel, donne-moi de la force seulement cette fois-ci,” parce qu’il voulait se venger d’eux pour lui avoir pris ses yeux. Mais son plan de base n’était pas de mettre fin à ses jours. Et donc que probablement… il n’est pas l’homme que nous voudrions associer au suicide.

Mais les autres hommes, ils sont les exemples, que nous prenons dans la Bible, d’hommes qui se sont suicidés. Clairement, ce n’est pas la pratique d’hommes justes. Et donc quelqu’un qui se dirait chrétien et qui envisagerait le suicide, ils n’estimeraient pas que c’est une activité, ils n’estimeraient pas que c’est une action qui est d’habitude attribuée à l’homme juste, mais qui est attribuée aux hommes méchants, aux hommes mauvais. C’est l’habitude de gens qui haïssent Dieu, qui haïssent le peuple de Dieu.

Mais ce qui a été dit, réfléchissons-y un moment. Quel genre de péché est le suicide ? Nous l’avons dit avant. Quel genre ? C’est un meurtre. C’est le meurtre de soi-même. Si nous nous posons cette question, les meurtriers ont-ils été pardonnés ? Y a t-il des cas de meurtres dans les Ecritures qui ont été pardonnés ? David, Moïse. Donc, si nous devions nous poser la question, “Jésus est-il mort sur la croix pour le péché de meurtre ?” nous devrions dire, “Oui”. David et Moïse en seraient la preuve.

Et, en fait, Jésus ne l’a t-il pas dit, Marc chapitre 3 verset 28, “En vérité, je vous le dis, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, ainsi que les blasphèmes qu’ils auront proférés, mais quiconque blasphème contre le Saint Esprit n’obtiendra jamais de pardon, il est coupable d’un péché éternel.”

Vous entendez ça ? ” Tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes.” Le suicide était-il couvert sur la croix ? Apparemment, si tous les péchés peuvent être pardonnés… ce que nous trouvons dans la bible est le péché impardonnable qui est le blasphème contre le Saint Esprit. Maintenant, je devine que si nous pouvions prouver que le suicide et le blasphème du Saint Esprit sont la même chose, nous pourrions conclure que c’est le péché impardonnable.

Mais ce n’est pas ça. Ce n’est pas le meurtre de soi-même. Blasphémer le Saint esprit, c’est blasphémer le Saint Esprit. Le meurtre de soi-même est une chose différente.

Et donc, si tous les péchés peuvent être pardonnés, alors nous devrions dire qu’il serait inclus dans “tous les péchés” et qu’il serait pardonné aux fils des hommes. Donc, il semble que si ce n’est pas un péché impardonnable, c’est un péché pardonnable. C’est vrai ? Ce que je dis, c’est que si nous étions juste aller nous battre avec ce texte là dans Mark ou le texte parallèle dans matthieu, nous aurions dit, c’est un péché pardonnable, si nous nous occupions simplement du fait que tous les péchés peuvent être pardonnés.

Mais en réfléchissant encore pour savoir si un chrétien peut se suicider, nous devons probablement aller plus loin. Parce que, évidemment, en principe, il est dans la catégorie du péché pardonnable, en principe. En d’autres mots, si vous avez un chrétien qui est vraiment chrétien, nous savons qu’il est justifié. Nous savons que tous ses péchés sont pardonnés.

Donc, si en fait nous posons la question, “Un chrétien peut-il se suicider ?” Et bien, nous dirions ceci, “Si un chrétien se suicide, assurémment le péché est pardonné, parce que le chrétien est pardonné.” Mais ce n’est probablement pas la question que nous devons réellement nous poser. La question que nous devons nous poser est, “Un chrétien se suiciderait-il ?” Parce que nous pouvons la tourner d’une autre façon.

Nous pourrions dire, “Un chrétien peut-il cambrioler une banque, et tuer le caissier le dernier jour de sa vie ?”

Sinon nous pourrions la tourner de cette façon, “Si un chrétien était tellement avide qu’il cambriole une banque et alors qu’il arrive qu’il tire et tue le caissier le dernier jour de sa vie, serait-il sauvé ?”

Et bien, vous savez, s’il était chrétien, assurément qu’il serait sauvé parce qu’il est chrétien. Mais la question qe nous devons nous poser est, “Ferait-il cela ?” Est-ce vraiment le fruit d’une vie chrétienne ? Assurément nous devons nous poser la question, “Ferait-il cela ?” parce que la Bible nous dit des choses assez claires là-dessus.

, “Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu ?” Les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu.

Nous voyons quelque chose comme cela, 1 Jean 2 verset 3, “A ceci nous reconnaissons que nous l’avons connu : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit ‘Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est pas en lui. Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est vraiment parfait en lui. A ceci nous reconnaissons que nous sommes en lui: celui qui déclare demeurer en lui, doit marcher aussi comme lui (le Seigneur) a marché.”

Donc, à la lumière de textes comme ceux-là et beaucoup d’autres que nous pourrions examiner, il y aurait de graves questions qui seraient soulevées si quelqu’un finissait sa vie de cette façon ? Des questions différentes si quelqu’un finissait sa vie… si le dernier jour de sa vie, il cambriolait une banque et tuait le caissier ?

Ce qu’il nous dit, c’est qu’il y a une manifestation claire de l’injustice à la fin de leur vie, qui assurément amènerait des questions et soulèverait de sérieux doutes au sujet de l’authenticité de la foi de ces gens qui se disent chrétiens et pourtant se sont suicidés ou ont cambriolé une banque le dernier jour de leur vie.

Vous savez, quand quelqu’un se suicide, cela soulève une question délicate. Et je sais que quelques fois, pour par égard pour la famille blessée, pour les amis blessés, les pasteurs en voulant essayer, vous savez, de ne pas offenser et de ne pas faire plus de mal à cette famille qui souffre, peuvent encourager la famille à croire que tout s’est bien terminé pour la personne qui s’est suicidée, qui se disait chrétienne et peut-être même semblait aller bien à certains moments de sa vie. Mais au mieux, cela remet en question l’authenticité du christianisme de la personne. Et la question doit se poser. Parce que Jésus et Paul et les autres auteurs des Ecritures ont soulevé encore et encore des questions sur l’authenticité du christianisme des gens et leurs professions de foi. Si il y a ces expressions manifestes d’injustice et que vous finissez votre vie par le meurtre, que quelqu’un qui se dit chrétien arrive à la fin de sa vie et y met fin par le meurtre c’est suspect. Cela ne laisse vraiment pas une bonne sensation.

Le suicide est un meurtre. Le suicide est un péché. Le suicide est une expression de sa propre volonté. Le suicide est de l’injustice. Le suicide n’est jamais légalement permis pas Dieu. Et donc celui qui se suicide finit sa vie en ne croyant pas au Seigneur. Ils finissent leur vie dans le péché. Ils finissent leur vie dans l’injustice. Ils finissent leur vie d’une manière flagrante en commettant un péché énorme. C’est leur dernier effort dans cette vie.

Jésus a dit que si vous persévérez jusqu’à la fin, vous serez sauvé. Qu’est-ce que ça signifie ? Perséverer dans la foi, continuer à croire en Lui, perséverez jusqu’au bout, jusqu’à la fin. Est-ce que c’est persévérer jusqu’à la fin, quand un homme met fin à sa vie ? A t-il persévéré jusqu’à la fin ? Je ne crois pas que nous puissions le dire pour certains et cela soulève assurément le doute.

Mais ce qui a été dit, je ne …je sais ça, si quelqu’un regarde et qu’il envisage le suicide, une personne se sent seule dans la douleur et elle souffre. Elle ressent ce que personne ne peut ressentir à sa place. Et la vérité est. Je ne sais pas jusqu’à quel niveau de souffrance Dieu peut amener les gens. Je ne connais pas les niveaux des attaques spirituelles. Je ne connais pas les profondeurs du chagrin, de la douleur, de la faiblesse qui peuvent atteindre les gens. J’ai évidemment eu à expérimenter certaines choses, mais je ne connais pas l’ampleur de la souffrance que Dieu peut permettre chez certaines personnes.

Mais je sais ceci. J’ai lu la biographie de David Brainerd avant, et quand il était sur son lit de mort, il a expérimenté une telle douleur. Il était en train de mourir de la tuberculose vers 1750 à une époque où ils n’avaient pas les anti-douleurs que nous avons aujourd’hui. Il a atrocement souffert. Sa souffrance était si traumatisante, c’était si atroce qu’il disait que la seule pensée d’avoir… cette pensée à l’esprit qu’il aurait à endurer cette douleur même pendant encore une autre minute, il disait que cette pensée était suffisante pour le rendre fou. Ils était dans une telle agonie. Mais savez-vous quelle était sa pensée au milieu de tout cela ? Non pas, “Je veux mettre fin à ma vie.” Sa pensée était, “Dieu, aide-moi et soutiens-moi et ne permet pas que je te déshonore.” Son plus grand fardeau pendant cette agonie était qu’il ne déshonore pas son Seigneur, qu’il finisse bien sa vie.

Est-ce possible qu’un vrai enfant de Dieu puisse expérimenter une telle douleur ? Brainerd, il n’a pas fini sa vie par un suicide. Il a fait appel au Seigneur jusqu’à la fin, demandant la grâce d’endurer la souffrance que Dieu lui avait permis d’endurer et il a bien fini.

Mais se pourrait-il qu’un autre chrétien, dans les mêmes souffrances, ne soit pas capable de résister et veuille renoncer ? Est-ce possible que un tel chagrin, une telle dépression et un tel désespoir puissent tomber sur quelqu’un et, contrairement à Brainerd, il ne soit pas capable de tenir ? Peut-être. Et parce que je ne l’ai pas expérimenté du tout et que je n’ai pas été dans cette situation, peut-être. Nous ne savons pas.

Mais même si c’est possible, à nouveau, ça ne fait que mettre un doute sur la personne qui finit sa vie de cette façon.

Et je dois craindre que beaucoup de personnes qui se suicident, se croyant chrétiennes, voient de suite qu’elles ne l’étaient pas. Car en finissant leur vie par une telle expression de recherche de son propre désir, pas celui de Dieu, c’est probablement le point d’exclamation final, très souvent,, d’une vie qui a été vécu en rebellion à Dieu.

Et si une personne est sauvée ou une personne est perdue, ça, je sais. Personne ne veut finir sa vie de cette façon; personne ne veut finir sa vie de cette façon. La personne qui est perdue, elle peut penser qu’elle est sauvée mais elle est perdue, elle ne veut certainement pas finir sa vie de cette façon. Parce que quelque soit la douleur à laquelle elle pense échapper, elle entre dans des horreurs au-delà de son imagination.

Jésus Lui-même a dit que l’enfer doit être éviter à n’importe quel prix. Si vous devez vous couper les mains, vous couper les pieds, vous arracher les yeux, dans un sens spirituel, vous devez faire cette amputation radicale des idôles de votre vie, Il a dit “Fais-le.” Aussi radical soit-il, aussi agressif, aussi violent que cela puisse paraître, afin de vous couper de vos péchés, vous devez le faire afin d’éviter l’enfer.

Il a dit que c’est tellement épouvantable. Il l’a décrit comme un enfer de feu, une fournaise ardente, un endroit de pleurs et de grincements de dents. C’est un endroit de châtiment éternel; ça dure toute l’éternité. Et quelque soit la souffrance endurée ici, l’apôtre Paul dit, elle est momentanée et légère. Quoi qu’il y ait, quelque soit ce que la personne essaye d’éviter ici, c’est dix mille fois pire ensuite, c’est quelque chose que Jésus a dit d’éviter, peu importe ce que cela coûtera.

Et donc à cette personne qui lutte, qu’elle soit même sauvée ou pas, qui envisage de se suicider, tu ne veux pas te suicider et te trouver, dans ton péché, face à face avec le Dieu tout-puissant, face à face avec un Dieu qui ne prend aucun plaisir à l’injustice. Tu ne veux pas finir ta vie dans un acte final de rebellion pour te trouver face à ce Dieu contre qui tu t’es rebellé.

Si tu souffres d’une telle douleur dans ta vie et que tu as l’impression que tu ne pourras pas y résister, Jésus dit, “Viens à moi, et je te donnerai du repos.” Il t’appelle pour que tu trouves du repos en Lui. Il dit qu’Il aide. Si tu cries à Lui, Il te donnera la grâce pour tenir le coup.

Et si tu es vraiment chrétien mais que tu es simplement dans un grand trou noir, à nouveau, même si tu es sauvé, tu ne veux pas que ce soit le dernier acte de ta vie, un acte de rebellion, entrant dans l’éternité mais pas en finissant bien, laissant derrière toi ce témoignage à ta famille, tes enfants, tes parents, à tes amis, que le grâce de Dieu n’était pas suffisante pour que tu tiennes le coup face à ces problèmes. Tu ne veux pas sortir de cette vie sur cette note.

Plutôt, tu veux sortir comme Brainerd l’a fait. Sortir dans la souffrance la plus atroce, plutôt que de choisir de mettre fin à sa vie, craignant que, dans toute cette souffrance, tu ne déshonores Jésus Christ, Son nom, le nom de Dieu. Décide de tenir le coup quelque soit ce qui arrive, afin de bien finir ta vie.

Oh, à la famille et aux amis qui l’ont vu mourir, ils puissent dire, “Gloire à Dieu.” Parce qu’il a bien fini, ils ont vu la grâce de Dieu dans sa vie. Jonathan edwards était tellement impressionné par ça, il a écrit son…, C’était comme un point d’exclamation à une vie bien vécue, cela m’a incité à publier sa biographie. Si un vrai chrétien finit sa vie par le suicide, ça jette une ombre sur sa vie aux yeux de tout le monde. Cela apporte la honte. Et donc rester fort jusqu’à la fin, combattre le bon combat, croire au Seigneur. Jésus est venu avant nous et Il a souffert au-delà de ce que quiconque peut endurer, et Il est compatissant et Il dit qu’Il nous aidera et que nous pouvons trouver de l’aide en Lui.

Quitter la vie en se reposant sur Son aide, c’est la façon dont nous voulons la terminer.

Et donc, que l’on soit perdu, que l’on soit sauvé, nous ne voulons pas finir notre vie par le suicide. Ce n’est pas une fin honorable pour le chrétien.

Et comme je dis, je crains vraiment, que ceux qui sont si déterminés à prendre entre leurs mains le moyen de finir leur vie, le font d’une manière qui ne plait pas au Seigneur. Paul a dit que nous devons essayer de discerner ce qui plait au Seigneur. Et finir sa vie par le suicide ne plait pas à Dieu.

Alors, aucun chrétien ne devrait finir sa vie d’une façon qui ne plait pas et aucune personne perdue ne devrait mettre fin à sa vie, en sachant qu’au moment où elle finit, elle est là, face à face avec un Dieu qui est rempli de colère envers elle. Vaut mieux crier au Seigneur et trouver de la miséricorde auprés de ce Dieu et la grâce pour résister et la plénitude en Christ pour remplir tout le vide de notre coeur.

Il y a tant de gens qui se suicident simplement parce qu’ils sont vides, ils sont seuls. Ils n’ont pas… cette vie les a laissée tomber. Mais c’est vrai, c’est ce que la Bible enseigne. Que jésus n’a jamais laissé tomber Son peuple. Jésus est admirable, Il nous comble complètement, Il nous remplis complètement de joie inexprimable et glorieuse. La joie et la satisafaction ne se trouvent qu’en Christ.

Ne vous tuez pas. Parce que ce que vous convoitez, vous ne l’aurez pas. Et tout ce que votre coeur désires ardemment ne se trouve véritablement qu’en Christ. Pas dans la mort, parce que la mort n’est pas la non-existence. La mort n’est pas l’annihilation. La mort est le chatiment éternel. Ce sont des pleurs, des gémissements et des grincements de dents. C’est le chatiment des péchés. Cela ne va pas stopper la douleur; cela va n’être que le commencement de la vraie douleur. Que Dieu vous aide. Amen.