Chrétien, ne pèche pas

1 Jean chapitre 2, “Mes petits enfants, – et bien sûr quand ceci est dit non de ses enfants biologiques véritables, mais ceci est dit aux chrétiens, vous savez, beaucoup ont cru que Jean était un vieil apôtre rempli d’années et certainement un titre comme celui-ci nous donnerait raison de le voir s’adresser juste à ces chrétiens; la tendre affection d’un pasteur agé, un père spirituel. Vous pouvez voir un homme entre 80 et 90 ans. Même des hommes agés de 50 ou 60 ou 70 ans sont des petits enfants pour lui.

“Je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.”

Maintenant, frères et soeurs, je veux que vous portiez votre attention sur non seulement le premier verset ici de ce deuxième chapitre, mais je veux, juste là au début, je veux que vous portiez votre attention sur la première phrase de ce premier verset de ce deuxième chapitre. “Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point.” Je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point.

Simplement en lisant ces mots, réfléchissez-y; Lisez juste ces mots tels qu’ils sont. Pastoral. Pratique. Ces choses ont été dites pour être pratiques. Si souvent, nous transformons les choses en débats théologiques. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas discuter de la signification des choses, mais souvent nous utilisons les versets plus d’un point de vue théorique; dans nos tours d’ivoires, vous savez, nous voulons discuter et débattre de la théologie.

Mais ce n’est pas l’intention première de l’Ecriture. Elle veut être pratique. Elle a été faite pour parler avec les gens juste là où ils sont. C’est ce que fait Jean, il s’adresse à ces gens. Et je veux que vous vous demandiez, Que dit Jean ici? Que dit-il? Juste un sens pratique, pastoral, qu’entendez-vous venir du coeur de cet apôtre?

Il enseigne, il encourage ses enfants spirituels. Je vous pose cette question, Jean n’indique-t-il pas clairement que les chrétiens ne doivent pas pécher? Réfléchissez avec moi. Que dit-il ici? Je ne dis pas que Jean enseigne ici le perfectionnisme. Vous pouvez tous lire ça vous-mêmes. Vous avez vos Bibles ouvertes devant vous, vous pouvez le voir vous-mêmes et lire vous-mêmes ce qu’il dit. A quoi ressemble ce que Jean dit ici? “Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point.”

Grace Community Church, des choses ont été faites afin de vous équiper pour que vous ne péchiez point. Des choses ont été faites afin que vous ne péchiez point.

Jean suppose ici, on dirait certainement que Jean exprime son désir que ces chrétiens à qui il écrit ne puisse pas pécher. Ne puisse pas pécher quand? Tout le temps. Tout le temps.

A nouveau, le perfectionnisme n’est pas la question ici. Mais ne leur écrit-il pas qu’ils ne doivent pas pécher, quand? Quand ils pourraient pécher. Vous vivez une vie totale comme ça, en ne péchant pas quand vous le pourriez, à quoi cela finit-il par ressembler? Cela finit pas sembler bien. Cela finit pas sembler saint. Cela finit par ressembler à la vie que Jean veut clairement que ses enfants vivent. Frères, c’est ce qui est dit.

A quoi ressemble ce que Jean dit ici? Son désir est qu’ils ne puissent pas pécher, point. Je sais que vous pouvez tout voir ça. Mais vous savez quoi? Il n’est pas juste en train de donner une expression de son désir qu’ils ne péchent pas. Jean n’est pas juste un observateur passif dans tout ça, qui s’asseoit là-bas et dit “O, j’espère qu’ils ne péchent pas.” Ce n’est pas ce qui arrive. Jean nous dit qu’il est activement engagé dans un effort pour les aider à ne pas pécher. Comment est-ce? En écrivant d’une manière qu’il croit être calculée pour empêcher ces chrétiens de pécher.

Vous voyez tous ça? “Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point.” ‘Afin’ – Jean écrit ce qu’il écrit afin de produire un résultat sûr; afin que les chrétiens qui potentiellement, peut-être pécheraient dans une certaine situation, si Jean ne leur avait pas écrit ce qu’il leur a écrit, ils puissent maintenant éviter le péché précisément à cause de ce qu’il leur a écrit. Vous pouvez voir la pulsation du coeur pastoral de Jean ici. C’est ce qui en sort.

Voici, un vieil homme, et il écrit cette lettre. Il l’écrit avec un but sincère. Et quel est ce but? Sa sincèrité concerne ce petit troupeau. Que veut-il? Il veut qu’ils ne péchent pas.

J’essaie de faire admettre son point de vue ici. Jean n’écrit pas avec désinvolture. Il écrit exprés, avec un but; et c’est que le peuple de Dieu ne péche point. C’est réaliste, mes amis, de croire que les chrétiens ne doivent pas pécher. C’est pourquoi j’argumente. Tandis que j’examine les mots de Jean ici, il est clair pour moi que Jean ne croit pas que les chrétiens doivent pécher. Chrétien, pensez-vous comme ça? Je vais vous dire, l’état d’esprit avec lequel nous approchons le péché est tellement essentiel. Je reviens à ça, encore et encore; que là-bas dans Romains 6, où il nous est dit en particulier de ne pas laisser le pécher règner dans nos corps mortels, ce n’est pas comme ça qu’il a commencé. Paul a commencé en disant, vous devez vous reconnaitre, vous devez vous considérer comme morts au péché. Vous devez penser de façon juste sur le péché. Vous devez penser de façon juste sur qui est le maitre dans la vie chrétienne. Et à moins que vous ne pensiez correctement sur ça, si vous allez dans la vie chrétienne avec cette mentalité défaitiste que je n’ai aucun puissance sur ça, je suis juste une sorte de poupée de chiffon et il me jette partout, vous savez, vous ne pouvez vous attendre à ce que je fasse mieux.

Ce n’est pas l’approche de l’Ecriture; et ce que l’Ecriture nous dit, c’est que nous devons penser de façon juste sur le péché et quel lien il a avec le chrétien si nous voulons le combattre correctement.

Jean ne nie pas que c’est une bataille à mort. Jean ne nie pas qu’il n’y a pas ces désirs de la chair qui font la guerre à l’âme. Jean ne nie pas que quelques fois nous devons résister au péché jusqu’à en verser notre sang. Il ne nie rien de tout ça.

Mais vous voyez clairement ce qu’il dit. Vous pouvez le voir tout autant que moi, qu’il est supposé ici que si les chrétiens prennent ce que Jean a écrit, et font avec ça ce que Jean pense qu’ils feront comme il a dit, le résultat sera quoi? Vous y répondez, qu’ils ne puissent pas pécher. Que ces chrétiens s’abstiennent de pécher. Et vous me dites ceci, qu’écrit Jean? Qu’écrit-il?

“Mes petits enfants, je vous écris ces choses,” Quelles choses? Evidemment 1 Jean. Et qu’est-ce que 1 Jean? C’est l’Ecriture. C’est Dieu qui a parlé. C’est ce que nous avons ici. Ce que vous devez comprendre de ça, c’est que ce n’est pas juste Jean qui croit que les chrétiens ne doivent pas pécher. C’est en fin de compte qui? C’est Dieu. C’est Dieu qui a parlé. Donc, c’est en fin de compte Dieu qui croit que les chrétiens ne doivent pas pécher.

C’est Dieu qui croit que les chrétiens, réfléchissez à ça: c’est Dieu qui croit que vous prenez une personne et vous la sauvez par les mérites, par le sang versé de Jésus Christ; qui la régénère par la puissance de Dieu, qui la remplit du Saint-Esprit qui demeure en elle. Et si elle utilise sa tête, ce cerveau que Dieu lui a donné, et lit la Parole de Dieu. Si elle médite sur cette Parole et connait cette Parole et en vient à craindre cette Parole. Dans son esprit, elle la rumine. Elle tremble devant elle. Elle y croira, elle sera accusée par elle si elle s’applique à sa vie.

Dieu croit que vous pouvez en fait être empécher de pécher en faisant ça. Vous pouvez éviter le péché. Frères, cela ne ressemble-t-il pas peut-être à ce que David a dit dans le Psaume 119? Qu’a dit David dans le Psaume 119 qui semble identique à ça? Je cache Ta Parole dans mon coeur, afin de ne pas pécher contre Toi. Y a t-il une réalité à ça? A t-il juste improvisé ça? Est-il une exception?

Frères, Jean suppose la même chose. Absolument. Et remarquez, je veux que vous voyez ceci. Remarquez comment Jean progresse dans ce premier verset. Quelle chose dit-il ensuite? C’est trés intéressant pour moi comment il le dit. “Mais – c’est la version ESV – et, si quelqu’un a péché.” Je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point, mais si vous le faites, (maintenant beaucoup de traductions mettent ‘et’, mais cela n’enlève pas le fait que le mot ‘si’ est là.) Vous savez quoi? Cela pourrait être facilement traduit ‘au cas où.’ Il signifie la même chose. Vous ne faites pas de mal à l’Ecriture si vous la lisez de cette façon: “Je vous écris afin que vous ne péchiez point, mais au cas où vous le feriez,”

Maintenant voilà ce que je veux que vous voyez à ce sujet-là. Dans l’esprit de Jean, à quoi ressemble ce qui est la norme, à quoi ressemble pour lui ce qui est l’exception? Est-ce que pécher est la chose normale, ou ne pas pécher est la chose normale? Laquelle est l’exception, quand nous ne péchons pas en tant que chrétiens ou quand nous le faisons? A quoi ça ressemble? Chrétiens, je vous écris afin que vous ne péchiez pas, mais au cas où vous le feriez.

Au cas où il y aurait le feu, nous avons une issue de secours là-bas. Le feu semble-t-il être la chose normale? On dirait que c’est l’exception. C’est comme ça qu’il parle ici. Pouvez-vous imaginer ça? Un homme inspiré, un apôtre inspiré écrivant en fait que la chose la plus normale est que le chrétien pratique la justice. N’est-ce pas stupéfiant pour les gens?

Les chrétiens qui ne péchent pas sont la norme ici, pas l’exception. Et écoutez, ce n’est pas que Jean dit seulement ça ici. Cette première épitre de Jean résonne de cette réalité tout au long de l’épitre. Je vais juste vous montrer un endroit parce que je pense que c’est un des plus nets; c’est un des passages les plus évidents. Si vous avancez à 1 Jean 3, – Jean ici ne nous pousse pas tant, en particulier, à prendre ce qu’il écrit et à ne pas pécher, autant qu’il indique la réalité que si vous êtes réellement chrétien, le modèle du péché dans votre vie sera brisé. La pratique de la justice sera la norme. La pratique du péché ne sera plus une réalité.

Et si nous prenons en 1 Jean 3:5, “Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés.” Maintenant, voilà le sujet: je ne crois pas qu’il parle d’enlever la culpabilité. Je crois qu’il parle d’enlever le péché de votre vie. Il enlève la pratique du péché de votre vie. Pourquoi je crois à ça? Et bien, regardez. “Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en Lui de péché. Quiconque demeure en Lui ne pratique pas le péché; quiconque pratique le péché ne L’a pas vu, et ne L’a pas connu. Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme Lui-même est juste. Celui qui pratique le péché est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.”

Maintenant regardez, je lierais cette pensée juste là, “Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable,” avec ce qui a été dit avant au verset 5, “Jésus a paru pour ôter les péchés.” Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable. Et certainement, de quoi parle-t-il? Il parle de la pratique du péché. Quiconque pratique le péché est du diable. Le diable péche, et ceux qui sont à lui, péchent.

Mais Christ a paru pour briser ça. A tel point que le verset 9 dit, “Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pas pécher parce qu’il est né de Dieu.” On dirait un langage radical, mais le vrai christianisme est radical. La régénération est radicale. Être né de Dieu est radical. C’est une nouvelle création. “C’est par là que se font reconnaitre les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, ni celui qui n’aime pas son frère.”

Maintenant, je vais encore insister là-dessus. Ces versets ici sont simplement tous (je n’ai pas regardé chaque verbe ici) mais ils sont presque tous à l’indicatif. Cela indique ce qui est vrai.

Ce n’est pas ce qui se passe en 1 Jean 2:1. Il n’indique pas juste une réalité. Ici, il pousse ici la réalité qu’il a écrite, et nous avons la responsabilité de prendre ce qu’il a écrit, et de le suivre afin de ne pas pécher. Oh, dans 1 Jean 2:1, ce qui devrait nous exciter c’est le fait que Jean, clairement, ne nous dit pas juste de s’asseoir de façon passive là-bas; et parce que Jésus a fait toute cette oeuvre pour détruire ce que le diable a fait, que nous pouvons nous asseoir passivement là-bas, et nous n’avons réellement aucun part à jouer; et Dieu va juste courir et faire ceci et faire cela et toutes ces choses, et vous pouvez vous asseoir là et ne rien faire et vous finirez pas être cette personne sans péché.

Ce n’est pas ça. Il y a évidemment ici une responsabilité. Quelle est la responsabilité? La responsabilité de notre part, c’est de prendre ce qui a été écrit, et de faire avec ça, les choses comme nous devons les faire, afin que nous finissions par ne plus pécher. Nous avons la responsabilité de prendre la Parole de Dieu et de l’appliquer dans notre vie. Et vous savez quoi? Pas juste Jean, mais Dieu Lui-même présume que nous pouvons le faire.

Vous savez ce que je trouve? Et j’ai vu beaucoup de ces choses-là, du résultat, de la réponse au livre du frère Charles Leiter sur la justification et la régénération. Je trouve beaucoup de gens réformés, beaucoup de personnes dans la communauté réformée, ils n’aiment pas parler comme ça. Pourquoi? Il disent que parler comme ça, c’est ce qu’ils appellent ‘la sotériologie sur-réalisée.’ Laissez-moi le dire dans des termes profanes, ils croient que c’est une sur-victoire. “Cela semble trop bien pour être vrai. Ce n’est pas réaliste,” disent-ils. “Nous devrions nous attendre à ce que les chrétiens soient ces êtres misérables qui ne font jamais le bien mais qui font toujours le mal qu’ils ne veulent pas faire.”

Il y a des accusations de perfectionnisme qui sont posées ici. Elles abondent. Mais regardez les amis, Jean ne se soucie pas, Jean ne parle pas du fait d’être assis dans nos tours d’ivoire théologiques et de débattre du perfectionnisme. Ce n’est pas la question ici. Regardez, vous ne pouvez pas manquer ça. Ce n’est même pas sur le fait de savoir si oui ou non Jean croit que quelqu’un peut en fait atteindre un moment où dans cette vie, il ne péche plus. Mais vous, soyez honnêtes avec ce texte.

La manière dont il écrit ici, pensez-vous qu’il nous fera chercher la perfection? Vous devriez le croire. Il ne dit pas si oui ou non il pense que nous pouvons en fait l’atteindre. Mais je vais vous dire que, ce qu’il croit que nous pouvons accomplir, c’est de prendre chaque jour la Parole de Dieu, la lire avec application, et comme résultat, de ne pas pécher. Et faire ça encore et encore et encore; et avoir une telle pratique de la justice.

Vous savez que c’est vrai. Vous voyez que c’est juste là dans ses paroles. Il semble être convaincu que si nous prêtons une très grande attention à ce qui est écrit, nous n’allons pas pécher. Mais voilà la question, je pense que c’est la prochaine question que nous devons nous poser. Qu’a-t-il écrit? Et bien, il a écrit 1 Jean. Et j’ai le sentiment que parce qu’il dit ça à ce moment-là dans la lettre, qu’il se réfère en premier au chapitre 1. ‘Ces choses,’ je pense qu’il fait allusion à ce qu’il vient juste d’écrire.

Donc, demandons-nous ceci. Nous allons parcourir le reste de ce livre, si Dieu veut, et nous verrons le reste des choses qu’il a écrites, afin que nous ne péchions pas. Mais pour maintenant, à ce moment-là de la lettre, je pense qu’il fait référence en premier à ce qu’il vient juste d’écrire. Que vient-il d’écrire? Réfléchissons à plusieurs des choses qu’il vient d’écrire qui pourraient nous aider à ne pas pécher.

Je relis en passant ce premier chapitre, quelles sont les sortes de choses qui ressortent? “Dieu est lumière.” Dieu est lumière. Je pensais à ceci: Chrétien, vas-tu jouer avec le péché, alors que Dieu est lumière? Dieu est lumière. O combien nous devrions réfléchir à la nature, la beauté et la grandeur de Dieu plus que nous ne le faisons. Je ne pense pas que les personnes qui sont fascinées par la grandeur de la personne de Dieu péchent très facilement.

Quand nous remplissons notre esprit de pensées concernant qui est le vrai Dieu, cela seul exerce un effet dissuasif contre le péché. Dieu hait le péché! Il le hait. Dieu condamne les hommes, les femmes et les anges à cause du péché. Il est lumière et le péché est ténèbres. Le péché est ce qu’il est; si vous y réfléchissez, le péché est ce qu’il est, précisément parce qu’il est opposé à ce que Dieu est.

Frères et soeurs, nous devrions nous demander, N’est-ce pas suffisant? N’est-ce pas une raison suffisante pour ne pas pécher? Parce qu’il est absolument contraire à la nature de Dieu. Nous devons nous demander ceci, Voulons-nous vivre pour la gloire de Dieu? Etes-vous même réellement intéressés par la gloire de Dieu? Vivre votre vie là où vous êtes, simplement conduit par la peur tout le temps. Vivre votre vie là où vous êtes, effrayé du chatiment tout le temps. Qu’est-ce que c’est? Ce n’est pas ce que Dieu veut. Dieu veut des gens qui sont dans la crainte de Lui. Dieu veut réellement des gens qui L’adorent.

Si nous sommes réellement reliés, o nous voulons Lui plaire, nous ne pécherons pas facilement. Une autre chose qui ressort pour moi ici dans 1 Jean 1 c’est ceci: “Si nous marchons dans la lumière.” Vous savez, frères et soeurs, nous marchons dans la lumière. Nous marchons dans la lumière. Je vous dirai ceci : Ne vous contentez pas de toujours regarder le péché du côté négatif. Vous savez ce que je veux dire par ça? “O non, je ne veux pas pécher, je ne veux pas pécher.” La vie chrétienne ne consiste pas tout le temps à tourner en rond et à se dire tout le temps, “ne marche pas dans les ténèbres, ne marche pas dans les ténèbres.” Rappelez-vous le côté positif d’être un chrétien. Nous marchons dans la lumière. Nous marchons dans la lumière. Ne passez votre vie à juste essayer d’éviter les ténèbres. Ne passez pas votre vie à dire, “qu’est-ce qu’il y a de mal à ça, ou pourquoi ne devrais-je pas faire ça?”

Frères, poursuivez le bien. Marchez dans la lumière. En fait vivez dans la lumière. Avez-vous déjà considérés que, peut-être, peut-être que la meilleure manière de ne pas pécher c’est juste de marcher dans la lumière et de remplir votre vie de bien. Avez-vous déjà considérés de ne pas toujours être en train de tourner en rond et dire, “ne fais pas ci, ne fais pas ça.” Dieu n’a jamais eu pour but pour vous et moi en tant que chrétiens de ne simplement pas faire le mal. Non.

La meilleure manière de ne pas pécher c’est de poursuivre énergiquement la justice. J’ai le sentiment que certaines des personnes qui viennent ici, je les entends et je ne les vois pas là-bas dans le coin, préparent un plan pour aller visiter les veuves et les orphelins. Je les entends dire, “qu’est-ce qu’il y a de mal à ça? Qu’est-ce qui ne va pas avec ce film? Qu’est-ce qui ne va pas avec ce genre de musique? Qu’est-ce qui ne va pas avec cette coupe de cheveux? Qu’est-ce qui ne va pas avec ces tatouages? Qu’est-ce qui ne va pas avec ceci? Qu’est-ce qui ne va pas avec cela? Qu’est-ce qui ne va pas si je porte un chapeau? Qu’est-ce qui ne va pas avec ceci?

Frères et soeurs, Dieu ne voulait pas que vous approchiez du christianisme de cette perspective négative tout le temps. Oui, nous devons regarder les choses et les peser; Est-ce bien, est-ce mal? Est-ce que cela édifie? Est-ce que cela m’amène dans, vous savez, vais-je être contrôlé par cette chose? Est-ce de l’idolatrie? Comment ça va aller avec mes frères et soeurs, cela les fera-t-il trébucher?

Mais frères, vivez en faisant le bien! J’avais faim et vous m’avez donné à manger. Allez nourrir quelqu’un! Un peu soucieux de “Bon, devrais-je faire ça? Ce genre de musique est-il ok ou pas?” Sortez et faites ce que vous savez être bien! Ne vivez pas cette vie médiocre, (Piper l’appelle la moralité minimale.) Allez au-delà de ça. Vivez pour Christ. Vivez avec un but. Vivez exprès. Faites le bien. Vivez de façon juste. Jetez cette négligence.

Et ceci, une autre chose qu’il a écrite – Maintenant, en premier, on peut presque dire que cela pourrait fait le contraire que de nous encourager à ne pas pécher. Mais réfléchissez à ce qu’il a écrit, en particulier au versets 7 et 9 chapitre 1. “Je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point.” Quelles choses? Et bien, le sang de Jésus Christ nous purifie de toute iniquité. Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner et Il va nous purifier de toute cette injustice.

Frères, je pense que c’est principalement une des choses, que Jean dit, qui est destinée à faire que nous ne péchions pas. Vous dites, “Attends, attends, comment ça marche? Si vous me dites que si je cours dans le péché, j’ai un Avocat; si je cours dans le péché et que je le confesse, Il est fidèle et juste pour pardonner; si je cours dans le péché, le sang de Jésus Christ me purifie de tout péché. Cela n’aurait-il pas tendance à me rendre un petit peu moins vigilant? Cela n’aurait-il pas tendance à encourager plus de désinvolture?”

Frères, l’offre gratuite du pardon rend-elle le peuple de Dieu plus zélé à courir dans le péché? Le fait-elle? Frères, cela ne nous fait-il pas fondre? Si j’ai un tel Dieu, qui a versé le sang de Son Fils; qui a écrasé Sa tête, qui L’a répandu comme de l’eau. Si j’ai un tel Dieu qui ne me jette pas en enfer quand je pèche, mais Il a fourni un moyen d’y échapper par les mérites de Son propre Fils. Si j’ai un Dieu comme ça, frères cela vous encourage-t-il à sortir et à pécher encore plus effrontément? Ou cela vous fait-il fondre et dire “O, si j’ai un Dieu comme Celui-là, je veux vivre pour Lui et je veux Lui plaire. Je ne veux pas pécher.”

Frères, voyez-vous le chrétien coupable, voyez-vous l’homme coupable? le frère ou la soeur la tête bien baissée; et les larmes qui remplissent leurs yeux, et ils confessent leurs péchés à leur Père dans les cieux. Et c’est un rafraichissement de leur âme encore, Les paroles de Jean qu’il écrit, O le sang de Jésus Christ vous purifie de tout péché. Et cette assurance que Dieu est fidèle et juste pour pardonner et purifier. Voyez-vous cette personne? Que le voyez-vous faire quand il sort en courant? Dire, “O garçon, si c’est ça, je vais juste sortir et me faire plaisir.” Non, ce n’est pas ce que cela produit. Si j’ai un tel Dieu, alors je vais sortir et vivre pour Lui. Je ne veux pas pécher contre Lui.

Frères, j’espère que vous n’êtes pas arrivés au moment où vous croyez que les menaces et le tonnerre sont les moyens les plus efficaces pour empécher les gens de pécher. Je ne crois pas que Jean croit ça. Frères, que se passe-t-il quand les gens obéissent parce qu’ils ont peur de vous? A quoi cela ressemble-t-il? Vous savez à quoi ça ressemble pour moi, cela ressemble à un esclave et un esclavagiste. Cela ressemble à ça.

Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas craindre Dieu. Je ne dis pas ça. Mais frères, je vais vous dire ceci: vous ne pouvez pas lire votre Bible pendant longtemps sans voir que Dieu veut votre coeur, et que Dieu veut votre amour. Dieu veut que vous L’aimiez de tout votre coeur, esprit, âme et force. Dieu veut que votre vie soit motivée par l’amour. Ne recevez-vous pas ça de l’Ecriture? Je le vois certainement.

Ce n’est pas motivé par l’amour, ou je devrais dire, n’est-ce pas la pureté motivée par l’amour que Dieu semble si désireux d’avoir, et cela Le ravit. Et frères, si oui, tandis que nous pratiquons la justice, nous cherchons à vivre pour Dieu; si nous péchons, mes frères et soeurs, il nous est dit que si quelqu’un péche, nous avons un Avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.

Mes frères et soeurs, nous devons nous débarrasser de l’idée une fois pour toutes, que Dieu est contre nous. Le diable vous le suggérera quand vous pécherez, mais nous devons passer par-dessus cette idée; parce que nous devons nous rappelez que nous avons un Avocat. Mais rappelez-vous ceci: le juge a désigné cet Avocat. Dieu veut être apaisé. Il veut être satisfait de nous. Il a désigné Christ. Quand nous sentons la culpabilité du péché, les suggestions viendront.

Jean nous a écrit afin que nous ne péchions point. Mais que se passe-t-il? Parfois nous le faisons. Et que se passe-t-il? Nous sommes tentés de désespérer, nous sommes tentés par le découragement: Les doutes remplissent votre tête, Dieu me reprendrait-Il? Puis-je être en communion avec Lui comme je l’étais dans le passé? Après tout, Il est très saint et ce que j’ai fait, je sais que cela souille. Vous vous sentez si souillés. Vous vous sentez stupides. ‘Pourquoi ai-je fait ça?’ Peut-être que cela vous rend froid. Le péché a tendance à faire ça. Découragé.

Mais Il est là. Nous avons dit, contemplez-Le là; L’Agneau ressuscité, Il est ici. Un Avocat pour le peuple de Dieu. Il vous représente. Vous vous rappelez ce que signifie un Avocat? Il vous représente. Il a votre dossier et vos cas avec lequel Il est concerné. Il vous représente. Il vit à jamais – n’avez-vous jamais remarqué comment l’Ecriture le dit? – Il vit à jamais pour intercéder pour nous. Cela vient d’Hébreux 7. Vous savez ce que vous ne voulez pas faire avec ça? Vous savez ce qui ne semble pas être dit? C’est que, et bien, réellement, Christ est mort sur la croix; et réellement parce que Dieu sait qu’Il l’a fait alors, en mémoire de ça, c’est ce que cela signifie pour Christ d’être un Avocat ou un Intercesseur. Et donc, réellement, cela ne signifie pas qu’il ne fait rien, Il s’asseoit juste là-bas; et encore, s’asseoit passivement là-bas et rien n’est fait. Ce n’est pas ce que l’Ecriture dit être le plaidoyer de Christ.

Frères, Il vit à jamais pour faire l’intercession pour Son peuple. Il se tient devant le tribunal et Il présente votre cas. Il plaide pour vous. C’est ce que Jésus Christ est pour nous qui croyons. Nous n’avons pas l’idée que c’est juste un plaidoyer passif. Vous avez l’idée qu’Il vit toujours pour faire l’intercession; Vous avez l’impression distincte de cette idée là-bas dans Hébreux 7, que Jésus Christ est très actif. Il vit pour intercéder. Cela ne semble pas passif. On dirait qu’Il est activement impliqué dans la poursuite des intérêts de Son peuple, tout le temps. Il est là-bas au ciel.

J’ai été confronté à cette idée que – Jean le dit, il dit que nous avons un Avocat auprès du Père. – Et vous savez, j’ai lu Martin Lloyd-Jones sur cette affirmation, et il a fait une observation sur le mot ‘avec’. Et j’ai pensé que je n’aurais pas besoin de le dire. Mais ensuite, le nuit dernière, j’étais couché sur mon lit, et j’avais RefNet sur mon téléphone – C’est le programme radio internet de R.C. Sproul; et Sproul disait la même chose sur ‘avec’. Ce même mot grec se trouve dans Jean 1:1.

Quand nous parlons de, “Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu.” Et Sproul insistait vraiment sur la même chose que Martin Lloyd-Jones pensait être si importante. Et c’est cette idée que – dans le grec, il y a en fait trois mots différents qui sont traduits en anglais par ‘avec’. Et il a continué et il a expliqué les trois. Celui que nous avons ici signifie en fait être avec quelqu’un face à face, les yeux dans les yeux.

Et vous imaginez cette image. Voici notre Avocat. Il est là pour nous, et Il est, les yeux dans les yeux, avec Son Père. Quelle image. Voici Dieu face à face avec Dieu; et pourtant, Une de ces personnes en fait en tous points est devenue comme nous afin qu’Il puisse être un Grand prêtre compatissant. Qu’Il puisse être lié à nous dans notre infirmité, notre faiblesse. Il sait. Il a ressenti les choses que nous avons ressenties, et pourtant sans péché. Mais Il a senti les tentations, Il a ressenti la faiblesse. Et Il est les yeux dans les yeux avec Son Père, intercédant activement. Activement, là-bas pour nous. Activement.

Et ce n’est pas comme si il devait y avoir un bras-de-fer avec le Père. Rappelez-vous, le Père a tant aimé le monde, qu’Il a donné Son Fils. Il l’a désigné pour ce plaidoyer. Le Père est impliqué. Et voici Christ, les yeux dans les yeux avec le Père, enlevant toutes les barrières de notre communion. Toutes les barrières. Nous tombons dans le péché. Il nous écrit que nous ne devons pas, mais O quand nous le faisons, il y a Christ et tout est arrangé. Toutes les barrières sont enlevées.

Frères, nous pouvons venir à Dieu avec confiance, avec assurance et avec la fidélité de notre Avocat. Nous le pouvons. C’est Lui qui vit. Il vit à jamais. C’est la réalité. C’est pour cela qu’Il est un Sacrificateur d’aprés l’ordre de Melchisédek. Il vit à jamais! Il ne meurt jamais! Quand un sacrificateur meurt, il ne peut plus intercéder pour nous. Mais Il vit à jamais. Il vit à jamais les yeux dans les yeux avec le Père. Il vit pour agir pour nous. Il est Celui qui fait que Dieu nous accepte. Et vous devez réfléchir à ceci, Dieu serait, en fait, injuste si Il ne vous acceptait pas. Et Dieu le Père veut que ce soit comme ça.

Le Père dans Son amour éternel, vous a Lui-même donné Celui qui vit à jamais dans Sa présence pour en fait intercéder activement, et jouer le rôle d’un avocat.

Et chrétien, je vous dirai juste ceci: chrétien, chrétien, avec un salut tel que celui-ci; avec un Père tel que Celui-là; avec un Avocat tel que Celui-là; chrétien, ne pèche pas. [Prière] Père je prie que cette réalité puisse s’imposer à nous, dans le nom de Christ je demande, Amen.