Justification: Ses caractéristiques

Justification: Ses caractéristiques

Cependant, ce sont nos souffrances qu’Il a portées, c’est de nos douleurs qu’Il s’est chargé. Et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie. Et l’Éternel a fait retomber sur Lui l’iniquité de nous tous. – Ésaïe 53:4-6

Nous savons maintenant que l’ultime problème de l’Homme est le péché. Cependant, ce problème a deux facettes : La première est interne – l’Homme possède un mauvais cœur. La deuxième est externe – l’Homme détient un mauvais dossier. En autres mots, toute personne qui n’est pas chrétienne est souillée par le péché (qui vous êtes) et condamnée par le péché (ce que vous avez fait). D’un côté, la puissance du péché règne en elle; d’un autre côté, la peine qu’elle mérite, à cause du péché, est la mort. Cette personne n’est pas seulement incapable de se libérer du péché; elle n’a également aucun espoir en raison de la peine qu’amène le péché. Lorsque nous réalisons comment terrible est notre situation, nous commençons à comprendre ce que Jésus signifie pour nous. « Tu appelleras son nom Jésus (l’Éternel est notre salut), car c’est Lui qui sauvera son peuple de leurs péchés. »1 Le Seigneur Jésus Christ sauve son peuple de leurs péchés – de la peine et de la puissance du péché. Il nous sauve de la peine du péché par la justification, et nous sauve de la puissance du péché par la régénération.

Dans le second chapitre, nous avons considéré ce que signifie la justification : Comment un homme peut-il être juste devant Dieu? Voici le dilemme qui a tourmenté bien des hommes. C’est en raison de ce dilemme que Martin Luther a monté les marches du Scala Santa à Rome, et que des moines ont porté des chemises remplies d’hameçons pour tenter de payer le prix de leurs péchés. Même jusqu’à ce jour, des autochtones des Îles de l’Océanie sacrifient des poules et versent leur sang pour apaiser leurs dieux. Dans les pays plus « civilisés », plusieurs personnes croient pouvoir satisfaire les demandes de Dieu et apaiser leur conscience, soit en allant à l’église ou en effectuant de bonnes œuvres. De plus, les hommes essaient toujours de se « justifier » par quelconque logique ou d’excuser leurs mauvaises actions.

Comment un homme peut-il être juste devant Dieu? Il n’y a qu’une seule solution : Un homme peut être juste devant Dieu seulement par la vie et la mort du Seigneur Jésus Christ à sa place. « Lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois. »2 « Celui qui n’a point connu le péché, Il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. »3 Seulement le Christ peut nous rendre juste devant Dieu4.

La justification est possible à cause du sang de Jésus

« À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par Lui de la colère. »5 « Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché. »6 Mais, qu’est-ce que ça signifie, que la justification est possible à cause du sang de Jésus? Ça signifie que la justification peut s’accomplir puisqu’une rançon a été payée; la justice a été satisfaite. En autres mots, lorsque Dieu « justifie » une personne, Il le fait en raison du sang de Jésus. Nous sommes « justifiés par son sang »! Dieu ne justifie pas un homme en raison de ce qu’Il perçoit en lui. En particulier, ce n’est pas puisque l’homme est pieux que Dieu le justifie. En fait, dans Romains 4:5, nous apprenons que Dieu « justifie l’impie »! Cette réalité est incroyable! Croyez-vous que vous n’êtes pas dignes d’être justifié? C’est exact! Vous méritez d’être condamné. Sans le sang et la justice de Jésus Christ, vous n’avez aucun espoir.

L’Homme ne possède rien qui puisse pousser Dieu à le justifier, ni sa repentance, ni même sa foi. La repentance ne peut pas payer le prix du péché. De la même façon, les remords d’un criminel ne peuvent pas satisfaire les demandes de la loi. De plus, la foi ne peut pas payer le prix du péché! Seulement le sang de Jésus peut payer le prix du péché. La justification est possible en raison du sang du Christ.

Mon zèle ne pourrait jamais trouver de répit,
Mes larmes ne pourraient jamais cesser de couler,
Toutes ces choses ne pourraient jamais expier le péché;
Tu dois nous sauver, Toi seul.
                           Augustus Toplady

Ceci explique comment une personne peut avoir une foi si faible et quand même être justifiée. Considérons deux ponts qui traversent un abîme : L’un est très faible et douteux, tandis que l’autre est très fort. Un homme peut avoir une foi très forte envers le pont faible et même y marcher avec beaucoup de confiance. Par contre, sa foi très forte ne l’empêchera pas de plonger à sa mort. En contraste, un homme avec une foi très faible envers le pont fort peut s’y aventurer avec beaucoup de peur et de trépidation. Ce pont le supportera sans problème, en dépit de sa foi qui est faible. Tout ce qu’il a besoin, c’est d’avoir assez de foi pour traverser le pont. Lorsque quelqu’un a dit à Hudson Taylor qu’il devait être un homme de grande foi, celui-ci a répondu : « Non, je suis un homme de petite foi envers un Dieu très grand. »

Lorsque l’ange de la mort est passé à travers l’Égypte le soir de la Pâque, Dieu ne cherchait qu’une chose – le sang sur les poteaux de la porte. « Je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous. »7 Ceux qui se trouvaient dans la maison pouvaient être remplis de peur, mais ils n’auraient pas de problème tant que le sang était versé.

Dans son autobiographie intitulée Seen and Heard, l’évangéliste itinérant James McKendrick explique la conversion glorieuse de George Mayes, qui était connu comme le pire pécheur de sa région. Toutefois, lorsque James McKendrick est retourné visiter Mayes, ce dernier avait l’âme troublée. « Je ne me sens pas comme auparavant », s’est plaint George. « George », McKendrick a expliqué, « si tu possédais un shilling dans ta poche et que tu étais rempli de joie, ce shilling aurait-il la valeur de quinze pence en raison de ta joie? » « Non », a répondu George. « Alors, quelle serait sa valeur? » « Seulement douze pence », a-t-il répondu. « Et supposons que tu étais misérable et que tu avais un shilling dans ta poche, sa valeur serait-elle neuf pence puisque tu es misérable? » Encore, George a répondu, « Non. » « Combien alors? », a demandé McKendrick. « Seulement douze pence », a-t-il dit. « Donc, vois-tu que ta joie n’ajoute aucune valeur au shilling, et que ta misère ne diminue pas sa valeur, mais que sa valeur demeure douze pence peu importe comment tu te sens? » « Oui, c’est ce que je crois », a répondu George. « Alors, dis-moi, est-ce que ce sont tes sentiments ou le sang du Christ qui retire ton péché? » « Oh, c’est le sang du Christ », George a affirmé. « Alors, ne vois-tu pas que lorsque tu es heureux, tu n’es pas plus en sécurité, et lorsque tu es malheureux, tu ne perds pas ta sécurité? C’est le sang du Christ qui retire tes péchés, qui te donne la sécurité, et qui maintient cette sécurité toute l’année », a conclu McKendrick. Nous pouvons donc exclamer « Alléluia! »

J’entends les mots de l’amour,
Je contemple son sang,
Je vois le sacrifice majestueux,
Et j’ai la paix avec Dieu.

Voici la paix éternelle!
Aussi certain que le nom de l’Éternel;
Aussi stable que son trône inébranlable,
Le même jusqu’à jamais.

Les nuages peuvent venir et partir,
Et les orages peuvent balayer le ciel,
Cet amitié sellée par le sang ne change point;
La croix est toujours près de moi.
                              Horatius Bonar

Cher Chrétien, pourquoi regardez-vous à l’intérieur pour y trouver la confiance? Vous ne la trouverez jamais! Même les ancres massives d’un navire ne peuvent rien faire de bon si elles sont lancées à l’intérieur du navire. Elles doivent plutôt être lancées à l’extérieur du navire! Lancez votre ancre vers Jésus Christ! Mettez toute votre confiance en Lui! Sa justice est votre seule confiance et votre seul espoir.

Justifier signifie « déclarer juste »

« Justifier » signifie « déclarer juste »; ça ne signifie pas « rendre juste ». Lorsque Dieu nous justifie, Il nous déclare justes en vertu de sa loi. Par contre, cette déclaration ne change rien à l’intérieur. (Ce n’est pas la justification qui nous transforme de l’intérieur, mais plutôt la régénération – le nouvel homme est « créé selon Dieu, en justice et sainteté de la vérité ».8) La justification est une déclaration en ce qui a trait à notre statut aux yeux de la loi de Dieu.

L’antithèse d’être justifié serait d’être condamné. « Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? »9 Lorsqu’un juge « condamne » un homme, ce jugement ne transforme pas le cœur du condamné; tout ce qui arrive, c’est que le juge « accuse » l’homme. Il déclare que cet homme est coupable aux yeux de la loi. De la même façon, lorsqu’un juge « justifie » un homme, il le déclare non-coupable ou juste aux yeux de la loi, sans toutefois transformer son cœur.

La justification ne peut pas être mesurée

Un homme est soit 100% juste ou condamné. Même si un meurtrier avait commis sept meurtres et qu’il était accusé d’un seul de ces meurtres, il serait quand même condamné! Cher lecteur, si vous n’aviez qu’un seul péché à payer, vous seriez quand même jeté en enfer! Par contre, il n’existe aucune condamnation pour le Chrétien. Aucune! « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. »10 Si vous appartenez au Christ, vous êtes 100% justifié en Lui; il n’y a aucune condamnation pour vous. De plus, la justice que vous possédez maintenant aux yeux de la loi de Dieu n’est pas seulement bonne; c’est la justice du Christ, la « justice de Dieu »! « Celui qui n’a point connu le péché, Il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. »11

La justification ne peut pas être mesurée! Cher Chrétien, accrochez-vous à cette vérité. Le diable tentera de vous convaincre que vous êtes même un peu condamné aux yeux de la loi de Dieu. Vous ne l’êtes plus! Merveille des merveilles! Même l’apôtre Paul n’était pas plus justifié que nous! Même Jésus Christ n’était pas plus justifié que nous, puisqu’Il nous donne sa propre justice! Notre justification est parfaite et totale.

Jésus, ton sang et ta justice
Sont ma beauté et mon vêtement glorieux;
Au milieu des mondes enflammés, j’en suis vêtu,
Je soulève donc ma tête avec joie!

Ce vêtement impeccable ne change jamais,
Lorsque les années passent;
Même l’âge ne peut diminuer sa gloire,
Le vêtement du Christ demeure nouveau.
                                 Nicholas von Zinzendorf

La justification signifie plus que le pardon

Dans plusieurs gouvernements, le président ou le gouverneur détient l’autorité de pardonner les criminels. Par cette grâce présidentielle, les présidents ont pardonné d’autres présidents, et les gouverneurs d’État ont pardonné des criminels qui étaient condamnés à mort avant de quitter leur office. Par contre, nous devons nous poser quelques questions : « Lorsque ces hommes ont été pardonnés, leurs crimes ont-ils été payés? » La réponse est, non! « La peine que demande la loi a-t-elle été exécutée? » Encore, non! « La justice a-t-elle été satisfaite? » Non! Le pardon ne peut pas payer le prix du péché. La sentence de la loi n’a jamais été exécutée. Le pardon est un acte par l’autorité d’un gouverneur.

En contraste, la justification est une déclaration par un juge, et doit être exécutée selon la justice. Cher Chrétien, lorsque Dieu vous justifie, Il ne laisse pas vos péchés impunis. Il ne prétend pas que vos péchés ont été payés. Plutôt, Il constate que vos péchés ont véritablement été payés par Jésus Christ, ce pourquoi cette déclaration est possible. Ceci est donc une déclaration fidèle à la réalité. Sinon, aucun croyant ne pourrait soulever sa tête. Considérons Carol Everett, qui était en charge d’un avortoir et responsable de la mort de milliers d’enfants, et David Berkowitz, un tueur en série connu sous le nom de « Fils de Sam », qui sont devenus Chrétiens par la suite. Leurs péchés devaient être payés, tout comme les vôtres!

Un pécheur qui se repentit ne peut soulever sa tête que s’il comprend que ses péchés ont véritablement été payés! Sinon, le sentiment de culpabilité ne pourrait jamais disparaître. Cher Chrétien, ne laissez pas vos terribles souvenirs du passé vous hanter, puisque vos péchés ont été punis. La peine a été payée… par Jésus Christ!12 Il a véritablement payé pour vos péchés! Il les a portés dans son corps sur la croix.13

La justification possède un côté positif et un côté négatif

La justification possède un côté positif et un côté négatif. Cette réalité est décrite dans Romains 4:6-8 :

De même David exprime le bonheur de l’homme à qui Dieu impute la justice sans les œuvres : Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts! Heureux l’homme à qui le Seigneur n’impute pas son péché!

Premièrement, il y a le côté négatif de la justification : Dieu « ne nous impute pas » nos propres péchés. Nos péchés sont couverts et Il ne les compte pas contre nous. Dieu est capable de le faire puisque la dette de notre péché a été imputée au Christ et payée par Lui. Le Seigneur Jésus Christ Lui-même nous a enseigné que le péché peut, en quelque sorte, être comparé à une dette monétaire : « Remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs. »14 Chacun d’entre nous doit une très grande dette envers la justice de Dieu. Comment grande est-elle? Dans Matthieu 18, Jésus enseigne une parabole qui compare notre dette envers Dieu à un homme qui doit une dette de dix mille talents au roi. C’est l’équivalent de 164 000 années de travail pour un ouvrier, sans jour de congé! Notre dette envers la justice de Dieu est vraiment grande, mais Jésus Christ a payé la dette de son peuple sur la croix. Ceci annule notre dette, mais nous n’avons toujours pas d’argent.

Cependant, il y a aussi un côté positif de la justification : Dieu nous donne sa « bénédiction » lorsqu’Il nous « impute la justice ». En autres mots, Jésus Christ n’a pas seulement payé notre dette; Il nous donne également une fortune. Par son obéissance parfaite en tant qu’homme, Il a accompli la justice aux yeux de Dieu, ce qui nous est attribué. Le Christ a pris sa place comme le « dernier Adam »15, et a accompli avec succès ce que le premier Adam avait échoué : « Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. »16

Pour comprendre ce que ça signifie, nous devons nous rappeler la loi possède un côté positif et un côté négatif. D’un côté, la loi nous avertit que « l’âme qui péchera, celle-là mourra »17. Mais, d’un autre côté, la loi nous promet que « celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles »18. Cette promesse avait une application temporelle pour les Israélites – tant qu’ils obéiraient les préceptes de la loi de Moïse, ils pourraient « vivre » sur la terre que Dieu leur avait remise. Toutefois, cette promesse détient aussi une application bien plus profonde – par rapport à la vie éternelle. Le Seigneur Jésus Christ nous a clairement expliqué cette vérité : « Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver: Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle? Jésus lui dit: Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu? Il répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras. »19

De la même façon, lorsqu’un riche a demandé à Jésus, « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle? », sa réponse était, « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. »20 Ceci signifie que ceux qui sont capables d’obéir la loi parfaitement peuvent gagner ou mériter la vie éternelle par leur propre justice aux yeux de la loi21. « Car Moïse décrit la justice qui vient de la loi: ‘L’homme qui aura pratiqué ces choses vivra par elles’. »22 Une seule personne au cours de l’histoire a réussi à le faire; les autres ont échoué misérablement. Seul le Seigneur Jésus Christ a « accompli toute la justice »23. Il n’a pas seulement payé pour nos péchés; Il a vécu une vie dans la justice impeccable, ce qui nous est attribué. Ainsi, ayant reçu le don de sa justice, nous héritons également de la vie éternelle!24 La malédiction qui nous était réservée est tombée sur Lui, tandis que la bénédiction qui Lui était réservée est tombée sur nous.

L’apôtre Paul explique les deux côtés de la justification dans Romains 5:1-2 : « Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par lequel nous avons trouvé aussi accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. » La première conséquence de la justification est négative : Nous ne sommes plus sous la malédiction. Nous avons la paix avec Dieu – les deux côtés ont cessé le feu. Lorsqu’un criminel déposé son pistolet et se rend, le policier qui le poursuit ne fait pas de même. Il garde plutôt son fusil pointé sur le criminel jusqu’à ce que ce qu’il soit arrêté pour que la justice soit satisfaite. C’est alors qu’il dépose son arme. Ce qui est magnifique avec la justification, c’est que Dieu n’est plus notre ennemi, puisque les demandes de la justice ont été satisfaites (nos péchés ont été payés) et Dieu peut maintenant « poser son arme ».

La deuxième conséquence de la justification est positive : Nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu (au ciel). Non seulement sommes-nous libérés de la malédiction; nous avons la vie éternelle – maintenant! La vie éternelle n’est pas quelque chose que nous pouvons posséder un jour, mais bien ce que nous possédons à présent. « En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement; mais il est passé de la mort à la vie. »25 Gloire à Dieu! La bénédiction que le Christ a méritée nous est remise.

La justification, une fois pour toutes

« Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, nous avons la paix avec Dieu. »26 La justification est une fois pour toutes, une déclaration accomplie dans le passé qui a des conséquences éternelles. Un homme ne peut pas être justifié une fois, ensuite condamné de nouveau, et être justifié une deuxième fois. La justification est accomplie une fois pour toute l’éternité. Ainsi, la justification nous donne un nouveau statut devant Dieu. « Ayant donc été justifiés… nous avons trouvé aussi accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes. »27 Les Chrétiens détiennent un nouveau statut, et ce statut se trouve dans la grâce (faveur) divine.

Utilisons deux illustrations : Supposons qu’un homme chrétien se lève un matin et qu’il est bête envers son épouse, mais qu’il réalise seulement son péché plus tard au cours de la journée. Lorsqu’il réalise son péché, il demande à Dieu et à son épouse de le pardonner. Même s’il n’en était pas conscient, ses actions étaient pécheresses. Maintenant, supposons que cet homme soit mort avant de réaliser et de confesser ses péchés. Serait-il jeté en enfer? Certainement pas! Il avait déjà été adopté dans la famille de Dieu. Ceci signifie que le Chrétien demeure dans son statut justifié, même lorsqu’il commet le péché. Le péché ne lui est plus imputé au moment où il pèche, même avant qu’il ne le confesse.

Maintenant, supposons que ce même époux se lève le matin, se dispute avec son épouse, et est conscient qu’il a péché. Néanmoins, au lieu de confesser, il part au travail. Par contre, tout le matin, il est misérable. Finalement, lorsqu’il n’est plus capable de le supporter, il demande à Dieu de le pardonner et appelle son épouse pour lui demander pardon. Supposons que cet homme soit mort avant de confesser son péché, serait-il jeté en enfer? Encore une fois, certainement pas! En fait, c’est précisément puisqu’il est un enfant de Dieu qu’il ne pouvait plus supporter cette situation, puisqu’il possède un cœur régénéré.

En vérité, le Chrétien demeure dans ce statut justifié en tout temps, puisqu’il détient un nouveau statut devant Dieu. Le Chrétien n’est plus un criminel sous l’emprise de la colère de Dieu; il est un fils adopté par un père aimable28. Mais, tout comme un père aimable discipline ses enfants, Dieu doit parfois discipliner les siens. Par contre, il ne les punit pas selon sa justice. La punition serait autrement effectuée pour satisfaire la justice. En contraste, la discipline est pour le bien de ses enfants. La différence est importante!

La justification est une fois pour toutes. Si ce n’était pas vrai, nous perdrions notre salut à chaque péché et serions sous la condamnation éternelle jusqu’à ce que nous puissions être justifiés de nouveau! La justification n’est pas si frivole.

La réalité du fait que la justification est une fois pour toutes est illustrée dans la lettre aux Hébreux :

En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. Autrement, n’aurait-on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés? Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés.29

Remarquez comment l’argument est présenté : « Nous savons que le sang des taureaux et des boucs ne peut pas ôter les péchés, puisqu’il était offert année après année. » Quelqu’un pourrait répondre : « Mais, qu’est-ce que ça prouve? Ces bêtes devaient être offertes chaque année puisque de nouveaux péchés étaient commis. Les péchés de chaque année amenaient la condamnation. » Par contre, une telle réponse démontre un manque de compréhension par rapport à la nature de la justification. En fait, lorsque ceux qui rendent le culte ont été « une fois purifiés », ils n’ont plus « aucune conscience de leurs péchés ». Lorsque le sang de Jésus Christ est appliqué, nous sommes « amenés à la perfection pour toujours »! « Car, par une seule offrande, Il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. C’est ce que le Saint Esprit nous atteste aussi, car, après avoir dit: ‘Voici l’alliance que Je ferai avec eux, après ces jours-là’, dit le Seigneur, ‘Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit.’ Il ajoute : ‘Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités’. »30 En autres mots, la promesse de la Nouvelle Alliance est que Dieu ne se souviendra plus de leurs péchés, puisque la justice a été satisfaite. En ce qui a trait à la conscience du croyant, il a atteint la perfection31, et il n’a plus conscience de son péché en vue de la colère de Dieu32! De cette façon, il n’y a plus de « souvenir du péché »33 dans la Nouvelle Alliance. « Or, là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché ».34 « Nous avons été sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ faite une fois pour toutes ».35

Qu’est-ce que ça signifie pour moi, dans ma vie quotidienne? Si je suis Chrétien, je peux me lever chaque matin en sachant que je suis accepté en Jésus Christ. Dieu se réjouit en moi, son enfant, et mes péchés sont retirés pour toujours. Si je commets un péché, j’en suis conscient comme un enfant, non pas comme un criminel, et je confesse mes péchés envers Dieu comme un fils confesse à son père, et non comme un criminel confesse devant un juge. J’approche les lieux saints en pleine assurance, par le sang de Jésus Christ.36 « Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! Qui nous séparera de l’amour de Christ? »37

Nous recevons la justification par la foi

« Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, nous avons la paix avec Dieu. »38 Nous sommes justifiés en vertu du sang de Jésus qui a été versé pour nous, mais le moyen par lequel nous sommes justifiés, c’est la foi, par laquelle nous recevons le « don de la justice »39. Que dois-je faire pour être sauvé? « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé. »40

Qu’est-ce que la foi? La foi n’est pas une puissance ou une force que nous pouvons utiliser pour accomplir des choses. La foi qui justifie ne vient pas lorsque nous accomplissons quelque chose; au contraire, c’est d’abandonner nos propres efforts et de se laisser tomber sur la miséricorde de Dieu. Considérons le témoignage d’une dame qui, après une grande lutte, a trouvé son repos en Jésus Christ : « Je me sentais comme si je me tenais sur le bord du précipice par le bout des doigts. En-dessous de moi se trouvait l’enfer. Je ne voulais pas aller en enfer et je me trouvais maintenant exténuée par mes propres efforts. Finalement, lorsque je n’avais plus de force, je me suis laissé tomber… dans les bras de Jésus. » Voici ce qu’est la foi!

Remarquez aussi que nous ne sommes pas sauvés par la foi en n’importe quoi; nous sommes sauvés par la foi en Jésus Christ. Certaines personnes mettent leur confiance dans une « décision »; par contre, une « décision » ne peut pas payer le prix du péché! Certains mettent leur confiance dans le baptême, une expérience émotionnelle, ou même dans leur « foi ». Lorsque quelqu’un a demandé à un vieillard s’il avait de la crainte par rapport à l’éternité, celui-ci a répondu : « Non, je n’ai aucun souci, puisque la Bible dit que si vous avez la foi, vous serez sauvé; et, moi j’ai beaucoup de foi. » Cet homme mettait sa confiance en sa foi, au lieu de mettre sa confiance en Jésus Christ et son sang. Si tout le monde s’écroulait soudainement, le Chrétien crierait, « Seigneur Jésus! », plutôt que de crier, « Ma foi! »

La foi ne peut pas poser son regard sur elle-même. Elle est plutôt préoccupée avec l’objet de la foi, qui est le Seigneur Jésus Christ. « Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ait la vie éternelle. »41 Jésus nous a expliqué que ce serpent était une préfiguration de Lui-même sur la croix. Comment les gens étaient-ils sauvés par rapport au serpent? « Quiconque sera mordu, et le regardera, vivra. »42 Qu’est-ce que ça signifie de croire? Ça signifie de « regarder »! Regardez et vivez! Mettez toute votre confiance dans le Seigneur Jésus Christ et vous serez sauvé.

Regarde et vis’, mon frère, vis,
Regarde vers Jésus maintenant et vis!
C’est enregistré dans sa Parole, Alléluia!
Tout simplement que tu ‘regardes et vis’.
                                           W. A. Ogden

[Chapitre Trois de Justification et Régénération]


1 Matthieu 1:21
2 1 Pierre 2:24
3 2 Corinthiens 5:21
4 Jean 14:6; 1 Timothée 2:5-6; Actes 4:12
5 Romains 5:9
6 1 Jean 1:7
7 Exode 12:13
8 Éphésiens 4:24
9 Romains 8:33-34
10 Romains 8:1
11 2 Corinthiens 5:21
12 Ésaïe 53:6
13 1 Pierre 2:24
14 Matthieu 6:12
15 1 Corinthiens 15:45
16 Romains 5:19
17 Ézéchiel 18:4
18 Galates 3:12; Lévitique 18:4
19 Luc 10:25-28
20 Matthieu 19:16-17
21 Philippiens 3:9
22 Romains 10:5
23 Matthieu 3:15
24 Romains 5:17
25 Jean 5:24
26 Romains 5:1
27 Romains 5:1-2
28 Galates 4:4-7
29 Hébreux 10:1-4
30 Hébreux 10:14-17
31 Hébreux 9:9, 13-14
32 Hébreux 10:1-2
33 Hébreux 10:3
34 Hébreux 10:18
35 Hébreux 10:10
36 Hébreux 10:19-22
37 Romains 8:33-35
38 Romains 5:1
39 Romains 5:17
40 Actes 16:30-31
41 Jean 3:14-15
42 Nombres 21:8

of Lake Road Chapel
Kirksville, Missouri