Je souffre, pourquoi moi? Pourquoi maintenant?

Sujet:
Catégorie: Extraits, Video

Nous pouvons glorifier Dieu en croyant en Dieu quand notre foi est éprouvée. Cela glorifie énormément Dieu. Romains 4:19-21, Souvenez-vous d’Abraham, Il n’a pas chancelé par incrédulité devant la promesse de Dieu mais il grandit avec force dans la foi, rendant gloire à Dieu que ce qu’Il avait promis, Il était aussi capable de l’accomplir. Dieu est glorifié lorsque nous continuons à Lui faire confiance, même si notre foi est fortement éprouvée.

Maintenant,j’aimerais prendre un petit moment ici juste pour lire un témoignage d’un frère. Je ne peux pas citer son nom à cause du type de métier qu’il exerce, mais il a eu une intense douleur débilitante au niveau des articulations. Et c’était à un point où il était à deux doigts d’être sur une chaise roulante et personne n’arrivait à comprendre, les medecins n’arrivaient pas à trouver ce que c’était; Mais il dit ceci, “En Novembre” Je vous lis ça car c’est la meilleure chose que j’ai pu lire sur ce sujet. “En Novembre, en début de soirée, mon ami et moi sommes sortis pour témoigner et nous avons sonné à une porte.” Maintenant il est sorti pour témoigner. Ses articulations lui font tellement mal qu’il peut à peine marcher. Ils pensent qu’il devra être sur une chaise roulante, mais ils sont sortis pour témoigner.

“Un viel homme ouvrit la porte et nous invita à entrer, et sa femme nous salua également. Nous nous assîmes. Ce fut au temps ou j’avais une douleur insupportable dans mes articulations.” C’est une famille musulmane. “Peu aprés que je me sois assis, alors que je l’ignorais, la femme avait remarqué que je me balancais en avant et en arriere à cause de l’intensité de la douleur.” Elle demanda ” qu’est-ce qui ne va pas” Je lui parla de ma maladie. Aprés avoir un peu discuté et nous avoir servi une tisane pour peut-être soulager la douleur, elle demanda, “Si Dieu est celui que vous dites qu’Il est, pourquoi permet-Il cela?” “Pourquoi un Dieu d’amour ferait-il une chose aussi affreuse à quelqu’un si Il nous aime?” Je répondis qu’après 27 années de marche avec Christ J’ai appris à ne plus poser ce genre de questions étant donné qu’elles présupposent des idées, sur mon Père céleste, que je sais être fausses.”

Vous savez? Si nous ne rendons pas notre vie de pensées conforme à ce que nous savons être la vérité nous allons être malheureux. Et nous n’allons pas glorifier Dieu. Il dit “J’ai appris à ne pas poser de telles questions. Dés l’instant où vous dites “pourquoi?” elles presupposent des idées, sur mon Père Céleste, que je sais être fausses.” Je lui ai dit que dans la souffrance notre tentation est de demander, “Pourquoi”? Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Pourquoi ceci? Mais lorsque nous demandons, “Pourquoi?” derriere la question se cachent des doutes sur le caractère saint et parfait de Dieu. Des doutes sur Sa puissance, Sa bonté, Sa sagesse et Sa justice. Et une incertitude au sujet de Sa fidélité à Ses promesses. N’est-ce pas vrai? Nous attribuons à Dieu ce qui est completement faux à Son sujet juste en posant la question.

“Je lui disais que le Saint Esprit m’a appris que nous devrions toujours, dans toutes les circonstances de la vie, spécialement dans l’adversité, remercier Dieu et Lui faire confiance. J’ai appris du Sauveur qu’au lieu de protester je devrais louer Dieu pour cette experience-là que je trouve si douloureuse et désagréable. Lorsque nous remercions Dieu en étant en bonne santé, dans la paix, et la prospérité, quel en est le but? Toute personne sensée ferait cela. Mais lorsque nous offrons la louange et des actions de grâce au Seigneur pendant que notre monde s’éffondre autour de nous c’est un acte de vraie adoration. Je lui disais que j’ai appris de mon Père Céleste que les actions de grâce et la louange sont la clé de la délivrance et que cela ouvre les portes des bénédictions de Dieu sur nous et procure la guérison dans nos coeurs.

Pendant que je parlais, des larmes coulaient de ses yeux. Ensuite elle se leva discrètement, se dirigea vers moi, s’assit à côté de moi et me prit la main. Je lui disais que en tant que Chrétien j’ai appris que Dieu permet la souffrance principalement pour deux raisons; comme une mise en garde pour ceux qui vivent avec insouciance dans le péché afin de changer de vie, ou comme une affirmation de Son grand amour envers ceux dont le coeur Lui est fermement dévoué. Une affirmation de Son grand amour Ceux qui L’aiment vraiment et Le respectent Il utilise des afflictions dans leur vies comme le feu du fondeur par lequel il fait jaillir de purs joyaux, des coeurs purifiés qui reflètent la face de Dieu. La souffrance rend les amoureux de Dieu conforme au caractère de Dieu. Les douleurs de cette vie préparent aussi les Chrétiens à quitter ce monde mortel et éphémère pour leur cité céleste éternelle. Parfois nous devenus trop bien installés, trop attachés à ce monde temporel et en décomposition comme si nous étions ici pour toujours. La souffrance desserre notre étreinte sur ce monde, et nous oblige à regarder au-delà vers le monde à venir. Cependant, cela plait toujours au Seigneur lorsque dans notre angoisse nous ouvrons nos bouches pour Le bénir, pour le louer, pour le remercier, plutôt que de lui poser des questions.

Quand j’ai arrêté, elle disait que c’était la providence de Dieu qui nous avait conduit vers leur porte. Elle expliquait que son mari et elle avaient perdu leur fils dans un accident tragique et ils demandaient, “Pourquoi? Pourquoi?” Mais maintenant disait-elle,”Je sens que ce soir la paix est enfin venue” Or c’est une famille musulmane. Ce soir-là mon ami et moi avons été invités à rester dîner. La semaine suivante je suis retourné leur rendre visite. Les deux avaient donné leur coeur au Seigneur. Mais qu’est-ce que c’est? C’est un témoignage sur l’opportunité de glorifier Dieu par la foi au milieu de l’adversité et de l’épreuve; de croire en Dieu quand tout semble aller contre vous.

Celui-la, vous savez, quand les gens parlent du voleur sur la croix, ils disent “Bon il n’avait aucun fruit dans sa vie”. Il avait d’énormes fruits. Il a confessé Christ comme Seigneur au moment où il ressemblait le moins au Seigneur pendant tout son ministère terrestre.